Mieux-être numérique / 09 octobre 2019

Sensibilisation à la prévention du suicide et à la Journée mondiale de la santé mentale

Carol Todd

Carol Todd

Mère, éducatrice et militante en matière de sécurité en ligne et de santé mentale

20190918-WorldMentalHealth1000x600-FR

Depuis que ma fille Amanda Todd s’est suicidée le 10 octobre 2012 après avoir été victime de cyberintimidation, j’ai consacré une bonne partie de ma vie à venir en aide aux familles aux prises avec des problèmes de santé mentale, la cyberintimidation et le suicide. J’appuie vivement la Journée mondiale de la santé mentale, qui coïncide avec la date à laquelle Amanda s’est suicidée. Compte tenu des statistiques accablantes sur le suicide au Canada, il est on ne peut plus approprié que le thème de cette année porte sur la prévention du suicide.

En moyenne, dix personnes se suicident par jour au Canada, selon l’Agence de la santé publique du Canada. En outre, il s’agit de la deuxième cause de mortalité chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes âgés de 10 à 29 ans. Plus de 90 pour cent des personnes qui décèdent à la suite d’un suicide souffraient d’un problème de santé mentale.

Je suis persuadée qu’ensemble, nous pouvons nous sensibiliser mutuellement à ces enjeux critiques, en comprendre les risques, en reconnaître les signes avant-coureurs et savoir y répondre. Je crois fermement qu’une sensibilisation accrue au suicide et à sa prévention peut mener à des changements positifs. Nous avons tous un rôle à jouer à ce chapitre, et je sais que nous pouvons sauver des vies en unissant nos efforts.

Votre rôle pour promouvoir la prévention du suicide

On ne s’attend pas à ce que tout le monde soit un expert en santé mentale et en gestion de crises suicidaires, mais il faut être conscient des stratégies visant à mettre fin aux préjugés entourant le suicide et à fournir de l’aide dans une situation de crise.

L’une des mesures primordiales de prévention du suicide consiste à éliminer les préjugés entourant la santé mentale et le suicide. Traiter les personnes souffrant d’un problème de santé mentale de « faibles » ou de « folles » ou entretenir la perception que le suicide est un geste lâche ou égoïste sont autant d’attitudes négatives qui découragent fortement les personnes en situation de crise de chercher de l’aide. Souvent, les personnes qui ont des idées suicidaires ou qui ont déjà fait une tentative de suicide ne vont pas chercher de l’aide parce qu’elles se sentent isolées par les préjugés, ou même parce qu’elles craignent la réaction de leurs proches.

Une fois que nous avons fait abstraction des comportements qui rebutent les gens à chercher de l’aide, il est crucial de savoir comment intervenir auprès d’une personne souffrant de maladie mentale ou songeant au suicide.

  • Tendez la main. Engagez la conversation avec la personne et écoutez-la avec l’esprit ouvert. Sachez que le fait de lui parler du suicide ou de ses intentions ne l’incitera pas à passer à l’acte. Bien au contraire, cela peut réduire son anxiété.
  • Alertez la famille ou les amis proches, qui ne sont peut-être pas conscients de la situation, afin d’élargir le réseau de soutien.
  • Mettez la personne en contact avec un professionnel. Il existe d’incroyables services de soutien professionnel pour les personnes souffrant d’une maladie mentale (médecin, thérapeute, professionnel de la santé mentale, etc.). Si la personne a besoin d’aide immédiate, communiquez avec une ligne d’écoute téléphonique ou les services d’urgence.
  • Restez en contact avec la personne et continuez à la soutenir en prenant régulièrement de ses nouvelles. La personne en situation de détresse aura souvent la crainte de perdre de vue ses proches. Aidez-la à se sentir aimée et écoutée.

Si vous connaissez quelqu’un qui songe au suicide ou si vous sentez que votre vie ne vaut pas la peine d’être vécue, vous pouvez communiquer en tout temps avec les Services de crises du Canada au 1-833-456-4566 ou par texto au 45645, entre 16 h et 0 h (HE). Vous pouvez aussi joindre en tout temps Jeunesse, J’écoute au 1-800-668-6868 ou en textant « PARLER » au 686868. Vous trouverez d’autres services de soutien et lignes d’écoute dans le répertoire en ligne de l’Association canadienne pour la prévention du suicide.

L’automutilation, le suicide et Internet

Malheureusement, dans le cas d’Amanda, le cyberespace a accentué sa détresse. La cyberintimidation et la sextorsion demeurent des phénomènes préoccupants, et l’inquiétude grandit à propos de certaines communautés en ligne qui encouragent le suicide et l’automutilation. Bien que certains de ces sites attirent des milliers de visiteurs, la grande majorité des jeunes ne les consultent pas, heureusement. La recherche montre que ces communautés en ligne sont fréquentées par des personnes qui cherchent à mieux comprendre leurs propres envies suicidaires ou d’automutilation et à tisser des liens avec des personnes vivant des expériences similaires.

Dans tous les cas, il est encourageant de voir que les entreprises technologiques et de médias sociaux prennent des mesures pour appuyer nos efforts en matière de prévention du suicide. Par exemple, les moteurs de recherche déréférencent le contenu qui promeut le suicide et l’automutilation, et les plateformes de médias sociaux se servent de l’intelligence artificielle pour intervenir auprès des personnes à risque de se suicider. Les entreprises de médias sociaux ont aussi pris des mesures pour faciliter le signalement de publications potentiellement inquiétantes. (Découvrez comment l’intelligence artificielle de Facebook repère les personnes potentiellement en détresse en analysant leurs activités sur les réseaux sociaux [article en anglais].)

Si la publication d’une personne vous laisse penser qu’elle songe au suicide :

  • Si vous savez où la personne se trouve, communiquez avec les services d’urgence.
  • Trouvez une façon de la joindre pour lui faire part de votre inquiétude et lui offrir votre aide.
  • Signalez la publication à la plateforme de médias sociaux pour que celle-ci offre également du soutien à la personne en la mettant en contact avec ses proches ou en la renseignant sur les services d’aide dans sa région.

Appuyez nos efforts de sensibilisation et de changement

Un an après le suicide de ma fille, la fondation Amanda Todd Legacy a lancé la campagne Light up Purple en mémoire d’Amanda et de sa couleur préférée pour promouvoir la Journée mondiale de la santé mentale, susciter des conversations sur la santé mentale, sensibiliser la population et éliminer les préjugés associés aux maladies mentales et au suicide.

Cette année, je vous encourage à vous impliquer avec vos proches dans ces initiatives des manières suivantes :

Et, surtout, n’hésitez pas à offrir du soutien et à prêter une oreille attentive aux membres de votre entourage (ami, membre de la famille, collègue, voisin) qui pourraient être aux prises avec un problème de santé mentale. Si vous remarquez quelque chose, parlez-en. Nous avons le devoir moral d’être là pour les autres. On ne sait jamais, vous pourriez sauver une vie et en retirer un sentiment agréable.

Mots-clés:
Santé mentale
Partagez cet article avec vos amis :

Il y a plus à explorer

Mieux-être numérique

Cette école vise #ZéroIntimidation

TELUS et le programme UNIS à l’école entendent aider les jeunes à créer des changements positifs au sein de leur communauté. Depuis 2017, TELUS et l’organisme…

Lire l'article

Mieux-être numérique

Jeunes de la communauté LGBTQ+ : favoriser l’inclusion durant le mois de la Fierté gaie et après

#TELUSAverti Nous avons tous un rôle à jouer pour favoriser un environnement sécuritaire et inclusif, que ce soit à la maison, au travail ou à l’école, et il…

Lire l'article

Mieux-être numérique

Les jeunes et le temps d’écran : la Société canadienne de pédiatrie prend position

Le 6 juin 2019, la Société canadienne de pédiatrie a publié un nouveau document de principes sur le temps d’écran chez les enfants d’âge scolaire et les…

Lire l'article