Passer au contenuPasser au chercher
TELUS Impact Social
TELUS Impact Social
Garry standing in front of the TELUs Health/Cool Aid Mobile Health Clinic van

Connecter les Canadiens

La clinique mobile de Victoria prodigue des soins de santé essentiels aux personnes en situation d’urgence

3 sept. 2021

(Dessus) Garry, habitant de Victoria, nous explique que sa propre expérience positive en tant que bénéficiaire de l’association est le reflet de la philosophie de la Cool Aid Society qui est d’aider les autres en les acceptant tels qu’ils sont. Grâce au lancement de son projet de clinique mobile, propulsé par TELUS, Cool Aid peut désormais élargir la portée de son travail de proximité dans la région du Grand Victoria. PHOTO DE KAREN MACKENROT

Garry n’a pas été épargné par la vie, mais aujourd’hui, il déborde de gratitude. 

« Je me sens chanceux d’avoir rencontré de bonnes personnes sur mon chemin », déclare-t-il. « On a tous un chemin à parcourir, n’est-ce pas ? » 

Pour cette raison, il est vraiment ravi du lancement d’une clinique de santé mobile à la pointe de la technologie à Victoria, sa ville natale. 

La clinique de santé mobile Cool Aid, dirigée par la Cool Aid Society de Victoria et son centre de santé communautaire, a ouvert ses portes en juillet, à l’issue d’un nouveau partenariat conclu avec Santé pour l’avenir. L’objectif principal de la clinique est d’offrir des soins de santé primaires aux populations défavorisées, en allant à leur rencontre, que ce soit dans la rue, auprès d’autres prestataires de services et dans les hébergements sociaux à l’hôtel.

Pour Garry, ce lancement va permettre d’améliorer la vie d’autres personnes. 

Il compte parmi les bénéficiaires de Cool Aid depuis 1999, date à laquelle il a été infecté par le VIH après avoir partagé une aiguille. Abstinent depuis sept ans maintenant, il est actuellement sous traitement et sa charge virale est indétectable, ce qui signifie qu’il ne peut plus transmettre le virus. 

Le sentiment d’être valorisé, sans jugement ni honte, est ce qui maintient l’engagement de Garry envers l’association. Il aimerait que d’autres personnes dans le besoin puissent aussi connaître cette expérience.

« Je les considère comme mes amis. Ils font partie de ma petite communauté », dit-il au sujet du personnel. 

« Qui sait où j’en serais aujourd’hui si toutes ces personnes n’étaient pas là pour moi. » 

Les politiques du gouvernement creusent davantage le fossé numérique au Canada et empêchent certaines régions de bénéficier d’une connexion internet optimale.

Prise en charge et compassion

La clinique mobile tombe à point nommé dans le travail mené par Cool Aid pour lutter contre l’itinérance et la dépendance dans le Grand Victoria.

À Victoria, comme dans de nombreuses communautés urbaines d’Amérique du Nord, l’itinérance et la dépendance deviennent de plus en plus difficiles à juguler, et la situation n’a fait qu’empirer avec le coronavirus. Selon une estimation prudente d’une enquête sur le logement menée en 2020, quelque 1 500 personnes se retrouvent sans abri chaque nuit dans la région de la capitale. De nombreux habitants ont également besoin de services de santé, notamment de soins essentiels, d’aide à la réduction des risques pour la santé et d’aide en matière de santé mentale. 

Dotée de la technologie des dossiers médicaux électroniques (DME) de TELUS Santé, des services mobiles de TELUS et du réseau Wi-Fi LTE de TELUS, la clinique mobile permet au personnel de Cool Aid de prodiguer des soins de santé aux personnes ayant difficilement accès aux soins médicaux conventionnels, alors qu’ils en ont urgemment besoin. 

« Ce type de sensibilisation va, à terme, améliorer la situation des patients », déclare Mary Chudley, directrice des services de santé et d’assistance de Cool Aid. 

Le traitement des plaies, par exemple, peut paraître mineur, mais c’est une fonction importante de la clinique mobile. Une intervention immédiate et dans la rue permet d’éviter de futures consultations à l’urgence pour des infections plus graves ou des septicémies, ce qui permet d’améliorer l’état des patients et de soulager le système de santé déjà éprouvé.

La clinique propose également des trousses de réduction des risques, des compléments et d’autres services d’aide, sans jugement de valeur. Comme l’explique Mary Chudley, « Certaines personnes que nous avons commencé à voir récemment n’ont bénéficié d’aucun service de santé pendant des décennies, en raison d’expériences négatives avec le système de santé. »

Chaque jour, Karen Lundgren, responsable des soins infirmiers cliniques de Cool Aid, observe les conséquences de ces mauvaises expériences. 

« Par le passé, les bénéficiaires se sont tellement sentis jugés et stigmatisés pour leur usage de substances, leur orientation sexuelle, leur race ou leur religion », ajoute-t-elle. 

Tisser un lien personnel avec chaque bénéficiaire est primordial pour les réinsérer dans le système.

Pour Candide Dias, coordinatrice des services de sensibilisation à la santé de Cool Aid, c’est ce lien qui pousse les bénéficiaires à se diriger vers le fourgon de l’association avant même qu’il n’ouvre ses portes. Et même si les bénéficiaires se rendent généralement à la clinique mobile dans un but précis, l’œil attentif d’une infirmière remarquera qu’ils ont besoin d’autres soins, comme une plaie à traiter ou à panser, par exemple.

Candide Dias, coordinatrice des services de sensibilisation à la santé chez Cool Aid, nous raconte que les bénéficiaires se rendent généralement à la clinique mobile Cool Aid dans un but précis, mais qu’après avoir vu une infirmière, ils sont soignés pour d’autres motifs de santé. Ceci signifie de meilleurs soins de santé pour ceux dans le besoin. PHOTO DE KAREN MACKENROT

Besoin de bienveillance

L’année dernière, Cool Aid a enregistré plus de 36 000 consultations médicales dans son centre de santé communautaire de la rue Johnson et a comptabilisé près de 20 000 échanges avec des patients dans le cadre de ses services de proximité, notamment dans les hébergements sociaux à l’hôtel. 

La clinique mobile devrait accroître ces chiffres, en prodiguant des soins à un plus grand nombre de personnes qui, auparavant, ne bénéficiaient peut-être d’aucun soin. À ce jour, l’équipe de proximité soigne les plaies, effectue des prélèvements sanguins et demande des tests de dépistage, entre autres. 

Karen Lundgren confirme que les interventions en matière de santé mentale et le travail de proximité de la clinique mobile ont déjà porté leurs fruits. À titre d’exemple, l’un des premiers bénéficiaires de la clinique mobile n’avait pas eu accès à des services de santé pendant plus de 20 ans en raison de problèmes de santé mentale et d’une certaine stigmatisation. Karen nous confie que, lors de leur première rencontre, « le bénéficiaire a été mis sous anxiolytiques et antidépresseurs et mis en relation avec le psychologue du Centre de santé communautaire de Cool Aid. Le bénéficiaire a également été mis sous antibiotiques, car il souffrait d’importantes plaies infectées sur la partie inférieure des jambes. »

Pour Karen Lundgren, responsable des soins infirmiers cliniques de Cool Aid, tisser un lien personnel avec chaque bénéficiaire est primordial pour les réinsérer dans le système de santé. « Par le passé, les bénéficiaires se sont tellement sentis jugés et stigmatisés pour leur usage de substances, leur orientation sexuelle, leur race ou leur religion », ajoute-t-elle. PHOTO DE KAREN MACKENROT

Garry déclare que sa propre expérience est le reflet de la philosophie de Cool Aid qui vise à aider les autres en les acceptant tels qu’ils sont. Traiter la santé mentale en faisant preuve de compassion constitue une partie importante de cette équation. 

« La communauté a besoin de travailleurs sociaux sur le terrain, dans la rue, pour essayer d’aider tous ceux qui sont prêts à en finir avec la drogue. C’est aux solutions de santé mentale de tendre la main à ceux qui en ont besoin, afin de discuter avec eux tout en faisant preuve de bienveillance », ajoute-t-il.

C’est aussi le besoin de plus de bienveillance qui motive Karen Lundgren à agir pour la santé communautaire. 

« Je suis très chanceuse : j’ai grandi dans une famille de classe moyenne supérieure, j’ai reçu une excellente éducation, et j’ai été protégée par des parents aimants.  Ils sont nombreux à ne pas avoir une telle chance », déclare-t-elle.

« Les gens feraient bien de se rendre compte de la chance qu’ils ont et devraient se préoccuper davantage des personnes qui les entourent ».  

Grâce à un engagement de 10 millions de dollars, le programme Santé pour l’avenir soutient le déploiement de cliniques mobiles dans 13 collectivités à travers le pays, d’un océan à l’autre. Cliquez ici pour en savoir plus sur les services de santé axés sur la bienveillance proposés dans votre collectivité. 

Explorez des articles similaires

Un homme assis sur un rocher dans la nature travaillant sur un ordinateur portable.

Aidez à connecter les collectivités

De meilleures politiques du gouvernement sont nécessaires pour garantir aux Canadiens une meilleure connectivité.

Informez-vous