Passer au contenuPasser au chercher
TELUS Impact Social
TELUS Impact Social
Des enfants jouent à STÖRIA

Connecter les Canadiens

À l’ère de la connectivité, l’enseignement n’a plus de limites

29 août 2022

Des enfants jouent à STÖRIA, un jeu interactif de Lü qui permet aux enseignants de créer des lignes du temps qui doivent ensuite être remises en ordre en lançant des ballons. C’est l’un des nombreux outils éducatifs rendus possibles suite à la réalisation d’un investissement de 23 millions de dollars dans le réseau de TELUS dans la Basse-Côte-Nord du Québec.

Enseignante en science et en technologie à l’école St-Paul, dans le territoire isolé de la Basse-Côte-Nord au Québec, Lana Rowsell travaille depuis des années pour s’assurer que les jeunes de la région ont accès aux personnes, aux ressources et à la technologie dont ils ont besoin pour remplir leurs attentes et réaliser leurs rêves à l’aube de la vie adulte.

Cette passion que partagent les enseignants de toute la région explique en grande partie les excellents résultats obtenus par les élèves à l’école et le taux d’obtention d’un diplôme constamment élevé.

Mais en l’absence d’une infrastructure de réseau haute vitesse dans la région, certaines personnes estimaient que les possibilités qui s’offraient aux jeunes étaient insuffisantes par rapport à ce qui est offert en milieu urbain.

Le Canada a besoin de meilleures politiques sur le numérique pour exploiter la puissance de la connectivité pour les Canadiens. Faites partie de la solution.

Composée de plus de 10 villages de langue française, anglaise ou innue, la région de la Basse-Côte-Nord s’étend sur 375 kilomètres le long de la rive nord du golfe du Saint-Laurent. Éloignée de tout centre urbain, elle se trouve à 1 600 kilomètres de Montréal. Alors que, partout ailleurs dans le pays, l’éducation est de plus en plus tributaire de la technologie numérique, les élèves de ces communautés se contentent de manuels et autres ressources analogiques.

« Il y a plusieurs années, nous avions un accès par ligne commutée, puis nous sommes passés à l’Internet par satellite, non sans difficulté. Chaque fois que la connexion Internet était mauvaise, il fallait parcourir toute l’école pour voir si quelqu’un était sur YouTube et monopolisait la bande passante », se remémore Lana Rowsell. « Ce n’était vraiment pas facile. »

Aujourd’hui, la situation a changé. La Basse-Côte-Nord passe à l’ère numérique sous le signe de l’espoir et du renouveau, et les possibilités sont nombreuses.

Depuis l’installation du nouveau réseau 5G de TELUS, un projet ambitieux achevé en 2021 pour 23 millions de dollars, les quelque 2 000 ménages de la région ont accès à l’Internet haute vitesse et à la téléphonie mobile pour la première fois. Les résidents peuvent désormais regarder des vidéos en continu, échanger en ligne et faire des recherches à des vitesses comparables à celles dont bénéficient les citadins. La nouvelle infrastructure s’ajoute au réseau haute vitesse déjà en place pour les écoles de la région, ce qui renforce sa puissance et sa capacité.

Il est essentiel que les jeunes d’ici profitent des mêmes avantages que les autres enfants au pays.

« Toutes ces portes se sont ouvertes. Nous pouvons enfin enseigner comme nous l’avons toujours souhaité et nos élèves ont la possibilité d’utiliser de façon productive un vaste éventail d’outils sensationnels », affirme Lana Rowsell.

« J’espère que mes élèves utiliseront leurs outils pour devenir des producteurs au lieu de simples consommateurs. Mon souhait est qu’ils ouvrent leurs esprits en élargissant leurs horizons et qu’ils fassent de nouvelles choses », explique Lana Rowsell, enseignante en science et en technologie.

Taux d’obtention de diplômes accrus

La connectivité est un enjeu de longue date pour les collectivités rurales du Canada et d’ailleurs. Selon le CRTC, 87 pour cent des ménages canadiens ont une connexion Internet à large bande fiable; ce chiffre tombe à 46 pour cent dans les zones rurales.

Cela constitue un enjeu de taille pour les jeunes Canadiens dont l’apprentissage dépend de plus en plus de l’accès à Internet. Selon une étude réalisée en 2018, ceux qui bénéficient de connexions Internet haute vitesse ont des résultats sensiblement supérieurs en mathématiques et dans les disciplines linguistiques, par rapport à ceux dotés d’une connectivité inférieure. Une autre étude révèle que meilleur est l’accès à Internet, plus le taux d’obtention d’un diplôme par commission scolaire est élevé et davantage d’étudiants suivent des cours de niveau avancé. Sur le plan économique, une hausse de 600 000 dollars des dépenses annuelles en matière d’accès Internet se traduit par un gain financier d’environ 820 000 dollars à 1,8 million de dollars par district scolaire.

« Nous observons avec le temps que la connectivité Internet est de plus en plus essentielle », affirme John Buck, président-directeur général de la Corporation de l’employabilité et du développement économique communautaire (CEDEC), un organisme qui œuvre à la création d’emplois, à la croissance des entreprises à but lucratif ou à vocation sociale, à la stimulation du commerce et à la réalisation d’investissements dans les collectivités du Québec. « L’économie du futur repose sur la mise en commun et l’exploitation des connaissances et des ressources des sociétés publiques, privées et civiles, de sorte que les collectivités puissent apporter leur contribution dans les marchés locaux, régionaux, nationaux et mondiaux. De nos jours, la réussite des collectivités passe par la connectivité.

Heureusement, TELUS accélère les projets de connectivité rurale, en prévoyant la construction et la mise à niveau du réseau dans 30 nouvelles collectivités en 2022.

Le déploiement du réseau de calibre mondial de TELUS dans la région de la Basse-Côte-Nord est le fruit d’un investissement public-privé avec les gouvernements provincial et fédéral et la Société du Plan Nord. Ce projet s’inscrit dans l’engagement de longue date de TELUS à faire bénéficier les collectivités éloignées d’une connectivité sans fil, en veillant à ce que chaque citoyen ait accès à la technologie qui lui permettra de réaliser son plein potentiel.

Cette année, l’entreprise de technologie a annoncé des investissements de 11 milliards de dollars dans l’infrastructure réseau, les activités d’exploitation et les licences de spectre à l’échelle du Québec, au cours des quatre prochaines années. Elle entend ainsi tabler sur les plus de 31 milliards déjà investis au cours des deux dernières décennies pour relier des centaines de collectivités et d’entreprises de la province à ses réseaux 5G et PureFibre. Au total, 70 milliards de dollars seront investis au pays d’ici 2026.

La directrice de l’école, Rebecca Nadeau-Monger, affirme que les expériences interactives proposées par Lü ont eu une incidence positive sur l’apprentissage des jeunes dans cette région isolée.

La NASA s’invite dans la Basse-Côte-Nord

TELUS investit également dans les outils qui aident à l’apprentissage scolaire. En 2021, l’entreprise, en association avec la Fondation TELUS pour un futur meilleur et un groupe de partenaires, a fait un don de 350 000 dollars destiné à l’achat de 10 systèmes Lü, une technologie interactive et immersive conçue pour stimuler les enfants physiquement, intellectuellement et émotionnellement.

Pour Vincent Routhier, président de Lü, offrir des systèmes de pointe aux enfants et aux jeunes en milieu rural peut être « une expérience transformatrice ».

« En plus d’aider les élèves, le système permet aux enseignants de faire leur travail plus efficacement. Il leur donne accès à de nouvelles possibilités qui pourront être concrétisées un jour », ajoute-t-il.

Créés par une entreprise de Québec et utilisés dans les écoles du monde entier, ces systèmes ont récemment été installés dans des écoles de la Basse-Côte-Nord. Selon Rebecca Nadeau-Monger, directrice de trois petites écoles de la région, l’incidence sur l’apprentissage des enfants est phénoménale.

Dans ces écoles, par exemple, des thérapeutes et des orthophonistes offrent régulièrement un soutien à l’apprentissage aux élèves qui en ont besoin. Certains ont même pu bénéficier d’une présentation virtuelle sur l’espace donnée par des scientifiques de la NASA. Inutile de dire que cela a fait forte impression.

« Ce n’est pas une chose à laquelle les petites communautés isolées ont souvent accès », confie la directrice.

Par ailleurs, les enseignants découvrent toute l’étendue des nouvelles expériences dont ils peuvent faire profiter leurs élèves.

L’école St-Paul, par exemple, a pu organiser des conférences virtuelles et des ateliers en ligne grâce au système Lü et à une connectivité renforcée par le réseau de TELUS. Les enfants, à leur plus grand bonheur, peuvent maintenant regarder un film en groupe, ce qui est autrement impossible dans une communauté sans cinéma.

« Le système Lü permet de maintenir l’intérêt des élèves comme jamais auparavant. Ils adorent ça. C’est formidable de les entendre rire et s’amuser », lance Mme Rowsell.

Lana Rowsell a pour espoir que ces nouveaux outils de pointe ouvriront tout un monde de créativité pour ses élèves et pour d’autres membres des communautés de la Basse-Côte-Nord.

« J’espère que mes élèves utiliseront leurs outils pour devenir des producteurs au lieu de simples consommateurs », souhaite-t-elle. « Mon souhait est qu’ils ouvrent leurs esprits en élargissant leurs horizons et qu’ils fassent de nouvelles choses. Nous allons mettre à profit notre connectivité pour créer et explorer. »

Explorez des articles similaires

Un homme assis sur un rocher dans la nature travaillant sur un ordinateur portable.

Aidez à connecter les collectivités

De meilleures politiques du gouvernement sont nécessaires pour garantir aux Canadiens une meilleure connectivité.

Informez-vous