Deux personnes assises l'une à côté de l'autre, regardant un téléphone mobile.

Connecter les Canadiens

Le téléphone intelligent, un outil indispensable pour les nouveaux arrivants

21 janv. 2024

Après sept ans passés dans un camp de réfugiés au Cameroun, Kevine Langou est débarqué à Joliette il y a 18 mois. Depuis, le jeune homme de 23 ans, originaire de la République centrafricaine, apprend à apprivoiser une nouvelle terre d’accueil, une nouvelle culture, un nouveau cercle social. Un outil indispensable pour bâtir sa nouvelle vie est son téléphone intelligent.

Arrivé au Québec en 2022 avec sa mère et ses deux frères cadets, Kevine traîne son téléphone partout. C’est à la fois un outil qui lui permet d’établir un nouveau réseau de contacts et une façon de prendre des nouvelles de ses proches qui sont encore en République centrafricaine et au Cameroun.

Bon nombre de nouveaux arrivants, comme Kevine, font face à certaines insécurités lorsqu’ils mettent les pieds dans un nouveau pays, qu’elles soient liées à l’accès au logement et au crédit, à l’obtention de documents officiels, à la recherche d’un nouvel emploi, à la poursuite de leurs études… Heureusement pour Kevine, l’accès à la connectivité mobile n’a pas été l’une de ces préoccupations. Grâce au programme Mobilité pour l’avenir🅫 de TELUS, qui aide les réfugiés parrainés par le gouvernement, Kevine peut construire sa vie au Québec en bénéficiant d’un appareil mobile offert gratuitement ainsi que d’un forfait à faible coût.

« Je reçois des courriels et je communique avec des gens un peu partout. Mon téléphone me sert beaucoup pour mes études et pour faire des recherches sur Google », souligne le jeune étudiant au programme d’éducation des adultes du Centre de formation de l’Envol, à Joliette.

Le téléphone portable de Kevine est essentiel à sa gestion du temps : « Je règle l’alarme; je peux atteindre mes objectifs dans mes études et évaluer mes performances. » Grâce à l’agenda de son téléphone, il n’oublie pas ses rendez-vous. Comme le jeune homme a une voiture, le GPS intégré à son appareil l’aide aussi à s’orienter dans son nouveau milieu de vie. Par ailleurs, Kevine aime bien prendre des photos avec son portable. Il a d’ailleurs beaucoup de plaisir à envoyer des égoportraits à ses proches.

Kevine Langou fait un autoportrait à l'aide de son téléphone qui lui permet de communiquer avec sa famille à l'étranger.

Dissiper l’inquiétude

L’appareil lui a été remis par le Comité régional d’éducation pour le développement international de Lanaudière (CRÉDIL), qui offre aux nouveaux arrivants de l’accompagnement pour leur accueil, leur installation et leur intégration dans la région. L'organisme collabore avec TELUS depuis le lancement du programme au Québec, en 2022, pour s’assurer que les jeunes nouvellement arrivés dans la province peuvent avoir accès aux ressources dont ils ont besoin pour réussir.

« Les gens arrivent et, deux jours après, ils reçoivent leur téléphone. Ils peuvent communiquer rapidement avec les leurs, ce qui dissipe beaucoup d’inquiétudes. Le téléphone leur permet aussi de développer un réseau social ici », souligne Sylvain Thibault, chargé du programme d’immigration au CRÉDIL.

Selon l’Organisation des Nations unies, les réfugiés sont 50 % moins nombreux que la population générale à posséder un téléphone connecté à Internet, et 29 % des ménages constitués de réfugiés n’ont aucun téléphone. Le programme de TELUS permet de soutenir plus de 3 600 réfugiés au Canada grâce à un partenariat établi avec 15 organismes, dont le CRÉDIL.

« Les nouveaux arrivants peuvent vivre des urgences dans les premiers jours. Certains ont des moments d’anxiété parce qu’ils vivent un grand déracinement. Juste un petit coucou au téléphone a un effet positif; pour eux, c’est essentiel de pouvoir contacter leur intervenant rapidement », conclut Sylvain Thibault.

Redonner au suivant

Pour Kevine, un des défis — qu’il perçoit davantage comme un objectif —, c’est d’arriver à se faire des amis québécois. « C’est difficile, mais j’ai bon espoir d’y arriver. Le CRÉDIL nous propose plusieurs activités et je peux créer de nouveaux liens grâce à la connectivité », tient-il à préciser.

Après ses études, Kevine, qui est déjà un bénévole actif, souhaite être à l’œuvre dans le domaine de l’immigration. « J’aimerais travailler dans un organisme comme le CRÉDIL. C’est le CRÉDIL qui nous a aidés à obtenir les papiers nécessaires pour vivre au Canada. Il nous a aussi aidés à trouver une maison, à nous installer et à nous intégrer. J’ai envie de redonner au suivant moi aussi. »

Découvrez le programme Mobilité pour l’avenir de TELUS