Sécurité en ligne / 23 avril 2019

Un bogue sur la Toile

Signy Arnason

Signy Arnason

Directrice Générale Adjointe, Centre canadien de protection de l’enfance

Wise - Thumbnail: One Powerful Computer Bug

Le Projet Arachnid du Centre canadien de protection de l’enfance met la technologie à contribution pour venir en aide aux survivants d’abus pédosexuels.

Bien peu de gens sont rassurés lorsqu’ils aperçoivent une araignée. Pourtant, c’est la vitesse à laquelle l’insecte se déplace qui a inspiré le nom du Projet Arachnid, vu le fonctionnement de cette initiative novatrice administrée par le Centre canadien de protection de l’enfance. En plus de veiller à réduire le nombre d’images d’abus pédosexuels sur Internet, le Projet Arachnid fournit du soutien psychologique aux survivants d’abus qui n’ont aucun contrôle sur la diffusion incessante de ces images.

Le nombre sans cesse croissant des cas d’abus sur Internet signalés à cyberaide.ca prouve que nous devons en faire plus pour faire cesser la diffusion d’images d’abus pédosexuels sur Internet. Ces images causent des dommages importants et continus non seulement aux enfants, mais à la société dans son ensemble par la banalisation des abus pédosexuels et la violation incessante des droits et de la sécurité des enfants.

Depuis 2017, le Projet Arachnid a détecté plus de 7 millions d’images suspectes et a envoyé plus de 1,6 million de demandes de retrait aux fournisseurs.

Le Projet Arachnid est fondé sur une technologie initialement conçue pour explorer les sites préalablement signalés contenant des images d’abus pédosexuels et détecter à quels endroits ces photos et vidéos sont accessibles au public sur Internet. Lorsque des images d’abus pédosexuels sont détectées, une demande de retrait est envoyée au fournisseur de services d’hébergement. Le Projet Arachnid poursuit ces importantes activités d’exploration, mais il ne cesse d’évoluer et de s’adapter pour améliorer ses capacités de détection proactive d’images d’abus pédosexuels. Par sa capacité de traiter des dizaines de milliers d’images à la seconde, il surpasse largement les méthodes habituellement utilisées pour trouver et retirer ces images nocives.

L’un des plus importants bienfaits de ce projet est le réconfort qu’il apporte aux survivants, qui ont toujours été démunis par rapport à la diffusion de leur abus. Chaque fois que quelqu’un voit ces images, les survivants revivent le traumatisme.

Qui plus est, près de 70 % des personnes ayant répondu à notre Enquête internationale auprès des survivantes et survivants (consultez l’enquête pour en savoir plus) craignent de se faire reconnaître par quelqu’un qui aurait vu les images des abus pédosexuels qu’ils ont subis. D’ailleurs, 30 répondants déclarent avoir été identifiés par quelqu’un qui avait vu les images de leurs abus. Réduire la disponibilité de ces images aidera à briser ce cycle d’abus et à soulager la crainte des survivants de voir des images de leur abus tombées entre les mains de gens qu’ils connaissent.

Unissons nos efforts pour protéger les enfants en ligne

La communauté internationale a rapidement reconnu cette plateforme comme un outil révolutionnaire pour soutenir les survivants et lutter contre la diffusion d’images d’abus pédosexuels sur Internet. Le Projet Arachnid s’est grandement enrichi grâce à la collaboration de centrales de protection de l’enfance d’ailleurs dans le monde. Avec le National Center for Missing and Exploited Children (États-Unis) et ECPAT Suède, le Projet Arachnid rallie à présent les analystes de plusieurs pays, dont Red PaPaz en Colombie, Save the Children Finland et, plus récemment, la centrale croate de signalement des cas de disparition et d’exploitation sexuelle d’enfants sur Internet. À mesure que la collaboration permettra de diffuser cette technologie à l’échelle mondiale, le Projet Arachnid deviendra de plus en plus efficace pour détecter les images d’abus pédosexuels et demander rapidement aux fournisseurs de services de retirer ces photos et ces vidéos nocives.

Notre collaboration avec des entreprises socialement responsables, comme TELUS, est aussi essentielle au succès et à l’efficacité du Projet Arachnid pour éradiquer les images d’abus pédosexuels sur Internet. Comme nous, ces partenaires croient fermement que nous avons tous une responsabilité – et un rôle à jouer – pour protéger les enfants en ligne.

À propos du Centre canadien de protection de l’enfance : Le Centre canadien de protection de l’enfance est un organisme de bienfaisance national voué à la protection de tous les enfants. Il veut réduire l’exploitation et les abus sexuels d’enfants, aider à retrouver les enfants disparus et prévenir la violence faite aux enfants. À ces fins, il offre plusieurs programmes, services et ressources aux familles, aux éducateurs, aux organismes de services à l’enfance et aux forces policières du Canada ainsi qu’à d’autres intervenants. Leurs programmes apportent une aide immédiate et proposent des outils d’information et de prévention pour mieux protéger les enfants sur Internet et dans la vraie vie. Pour en savoir plus, visitez protectchildren.ca/fr.

Mots-clés:
Cyberintimidation
Prévention et soutien
Sextorsion
Sextage
Partagez cet article avec vos amis :

Il y a plus à explorer

Sécurité en ligne

Demander la permission

Penses-tu que tu dois demander la permission avant de diffuser une nouvelle vidéo, de télécharger une nouvelle application ou de jouer à un nouveau jeu en…

Regarder la vidéo

Sécurité en ligne

Qu’est-ce que l’empreinte numérique?

Savais-tu que tout ce que nous faisons en ligne – comme jouer à des jeux, texter, aller sur nos sites de médias sociaux préférés ou envoyer des photos – laisse…

Regarder la vidéo

Sécurité en ligne

Mots de passe problématiques

Par : Vishal V

Voir la bande dessinée