TELUS Logo
Investor relations
À TELUS, nous sommes résolument pour des pratiques de gouvernance d’entreprise efficaces et rigoureuses et nous évaluons périodiquement les meilleures pratiques émergentes. Nous nous faisons un devoir de communiquer de façon transparente nos pratiques de gouvernance et de fournir volontairement plus d’information que celle qui est exigée.
Points saillants de la gouvernance
2

Points saillants de la gouvernance

Miser sur notre engagement en matière de gouvernance d’entreprise

Chez TELUS, nous nous sommes engagés depuis longtemps à appliquer des pratiques de gouvernance d’entreprise rigoureuses et efficaces, ainsi que des pratiques de divulgation de l’information complète et fidèle. Nous évaluons et améliorons continuellement nos pratiques de gouvernance en vue de parvenir à des normes plus élevées en la matière et d’assurer une plus grande transparence et intégrité.

Miser sur la bonne gouvernance

En 2016 et jusqu’au début 2017, nous avons poursuivi la mise en œuvre d’améliorations favorisant la bonne gouvernance et l’augmentation de la confiance des investisseurs. Certaines de ces initiatives sont présentées ci-dessous.

Initiatives poursuivies en 2016 et tôt en 2017 :

  • Révision approfondie de la planification de la relève du chef de la direction en 2016, laquelle a englobé une révision du processus en soi, ainsi qu’une révision des compétences et de l’expérience en matière de leadership qui sont recherchées et développées chez les candidats au poste de chef de la direction. Plus précisément, le conseil a examiné la manière dont les compétences et l’expérience devraient être évaluées sur une base continue et il a approuvé des points de référence par rapport auxquels mesurer le progrès des candidats. Le conseil a aussi discuté des forces et des possibilités de développement des candidats actuels au poste de chef de la direction, ainsi que des forces et des possibilités de développement des candidats de prochaine génération.

  • Reformulation des objectifs de notre conseil en matière de diversité en 2016 et détermination du pourcentage minimal d’hommes et de femmes, le principe étant qu’un conseil formé uniquement de femmes n’est pas plus diversifié qu’un conseil formé uniquement d’hommes. En outre, le conseil a rapproché la date d’atteinte de la cible de représentation de chaque sexe : le conseil devra compter au moins 30 pour cent d’administrateurs indépendants de chaque sexe dès 2018, au lieu de 2019. L’objectif en matière de diversité de TELUS stipule maintenant que les membres issus de la diversité devront représenter au moins 30 pour cent des administrateurs indépendants d’ici mai 2017, et que les personnes de chaque sexe devront représenter au moins 25 pour cent de ceux-ci d’ici mai 2017, puis au moins 30 pour cent d’ici 2018. Actuellement, les membres issus de la diversité (cinq administrateurs) représentent 42 pour cent des membres indépendants du conseil et les femmes (trois administratrices), 25 pour cent de nos administrateurs indépendants.

  • Démonstration de notre engagement continu envers la diversité et mise en œuvre de notre plan de la relève pour notre conseil, comme l’illustre l’ajout d’un nouvel administrateur, David Mowat, en mai 2016 et de deux nouveaux administrateurs, Claude Mongeau et Kathy Kinloch, qui siègent au conseil d’administration depuis mai 2017. Ces candidats sauront mettre à profit leur expertise stratégique et leur vaste expérience opérationnelle dans les marchés clés. La nomination de ces trois personnes au cours de la dernière année concorde avec les priorités que le comité de la gouvernance avait établies, au début de 2016, en matière de compétences et de caractéristiques recherchées, soit les connaissances technologiques et/ou sectorielles, l’expérience dans le commerce de détail, la représentation géographique dans l’Ouest canadien et au Québec et la diversité de genre. Le comité de la gouvernance continue de revoir et d’évaluer les lacunes en matière de compétences et les priorités du conseil lorsqu’il évalue sa liste de candidats aux postes d’administrateur.

  • Adoption d’une politique sur l’appartenance commune à un conseil qui stipule qu’au plus deux de nos administrateurs devraient siéger au conseil ou à un comité d’une même société ouverte, à moins d’indication contraire de la part du conseil. En février 2016, le conseil a approuvé une modification de cette politique afin de clarifier les facteurs que le comité de la gouvernance devrait examiner au moment de formuler sa recommandation visant à permettre d’autres appartenances communes à des conseils. Au moment d’examiner s’il convient ou non de permettre que plus de deux administrateurs siègent au même conseil ou comité, le comité de la gouvernance tiendra compte de l’ensemble des facteurs pertinents, dont le nombre total d’administrateurs du conseil affichant une appartenance commune à un conseil à ce moment précis et les exigences stratégiques de TELUS.

  • Poursuite de la facilitation des communications régulières et de la création d’un dialogue ouvert et constructif avec nos actionnaires aux termes d’une politique de participation active des actionnaires adoptée en février 2015. Cette politique dresse les grandes lignes de la façon dont le conseil peut communiquer avec les actionnaires et vice versa, et les points que le conseil peut aborder. Elle présente aussi un aperçu des méthodes d’interaction entre la direction et les actionnaires. En 2016, nous avons participé à quatre conférences téléphoniques organisées par TELUS qui étaient diffusées simultanément sur le Web, ainsi qu’à plusieurs conférences avec les investisseurs et visites. Les membres de la direction de TELUS ont aussi rencontré bon nombre d’investisseurs institutionnels au Canada, aux États-Unis et en Europe. Au cours de l’année, nous répondons à toutes les questions et lettres des actionnaires que nous recevons dans la boîte de courrier électronique du conseil à board@telus.com. Cette adresse électronique offre aux actionnaires et aux autres parties prenantes un outil de communication directe avec le conseil pour aborder des sujets le concernant entre les assemblées annuelles. En outre, les actionnaires et les autres parties prenantes peuvent communiquer avec le conseil par la poste, en apposant sur l’enveloppe la mention « confidentiel » et en l’adressant au chef de la gouvernance, 7th Floor, 510 West Georgia Street, Vancouver (Colombie-Britannique), V6B 0M3. Le conseil s’efforce de répondre à toute la correspondance qui le concerne en temps opportun. Sur une base trimestrielle, le comité de la gouvernance examine l’ensemble des messages reçus dans la boîte de courrier électronique du conseil et passe en revue les réponses en lien avec les questions de gouvernance. Une copie de cette politique est disponible sur le site telus.com/fr/about/investor-relations/corporate-governance/corporate-policies.

  • Poursuite de la publication de notre rapport annuel sur la transparence, qui explique comment nous répondons aux demandes de renseignements sur nos clients provenant d’organismes chargés de l’application de la loi et d’autres organisations gouvernementales. Notre rapport sur la transparence a été intégré à notre rapport annuel sur la durabilité. Pour en savoir plus, visitez sustainability.telus.com/fr.

Miser sur les pratiques volontaires

À TELUS, nous adoptons une approche proactive en ce qui concerne l’information d’entreprise et la gouvernance en surpassant, bien souvent, ce qui est prescrit par la loi, au bénéfice de nos investisseurs. Voici certaines des pratiques auxquelles nous nous conformons de notre propre gré :

  • Adoption d’une politique de diversité du conseil d’administration qui prévoit que le comité de gouvernance d’entreprise, chargé de la recommandation de nominations pour les postes d’administrateur au conseil, prenne en considération la diversité, comme le sexe, l’âge et l’origine ethnique, de telle sorte qu’il puisse tirer parti d’un plus grand éventail de perspectives et d’expériences pertinentes. En 2015, les principes de la politique de diversité administrative du conseil ont été appliqués au processus de planification de la relève des comités du conseil.

  • Adoption d’une politique relative à la durée du mandat à l’intention des administrateurs qui se joignent au conseil d’administration depuis le 1er janvier 2013, en vertu de laquelle ils doivent remettre leur démission au comité de gouvernance d’entreprise après 15 ans au sein du conseil d’administration.

  • Passage à une structure d’honoraires fixes pour la rémunération des administrateurs, en adéquation avec les tendances et les meilleures pratiques actuelles de l’industrie. Le conseil estime qu’une telle structure correspond davantage à l’évolution du rôle d’administrateur et qu’elle est plus représentative de la nature de sa contribution durant l’année qu’une structure de rémunération fondée sur la participation aux réunions.

  • Resserrement des lignes directrices relatives à la détention d’actions à l’intention des administrateurs et des hauts dirigeants. Les administrateurs qui ne font pas partie de la direction sont désormais tenus d’atteindre une cible de participation équivalant à trois fois la provision annuelle qui leur est versée pour siéger au conseil d’administration, dans un délai de cinq ans après la nomination. Les hauts dirigeants sont tenus de détenir trois fois leur salaire de base en actions ordinaires, et le président et chef de la direction, sept fois son salaire de base.

  • Tenue d’un vote consultatif annuel sur la rémunération de la haute direction dans le cadre de nos assemblées annuelles. L’assemblée annuelle de 2017 a été l’occasion d’un septième vote consultatif annuel sur la rémunération qui s’est soldé par l’approbation de 93 pour cent des porteurs d’actions ordinaires.

  • Élection des administrateurs à la majorité des voix exprimées depuis 2007.

  • Adoption d’une politique officielle de récupération de la rémunération en 2012 (en vigueur au 1er janvier 2013) qui permet à l’entreprise de récupérer ou d’annuler des incitatifs ou une rémunération différée versés aux administrateurs faisant partie de la direction lorsqu’une déclaration fausse ou une erreur importante, y compris une activité frauduleuse ou malhonnête, une négligence volontaire ou une non-conformité sérieuse aux exigences légales, entraîne le redressement des états financiers de l’entreprise, et qu’un haut dirigeant aurait dû recevoir une rémunération incitative moindre selon les états financiers redressés. Il convient de noter que l’entreprise n’a eu à récupérer aucune forme de rémunération conformément à cette politique depuis son entrée en vigueur et à aucun moment n’aurait eu à le faire antérieurement si une telle politique de récupération avait été en place.

  • Obligation pour le chef du Bureau de la conformité de rendre des comptes au comité d’audit sur une base trimestrielle.

  • Amélioration continuelle de la gouvernance des risques à l’échelle de l’entreprise comme suit :

    • Participation des membres du conseil d’administration à un sondage d’évaluation des risques internes;
    • Évaluation des perceptions en lien avec la résilience, la visée et la tolérance à l’égard du risque, y compris l’intégration de la gestion des risques dans les processus décisionnels clés, et tenue de discussions sur les stratégies d’atténuation des risques principaux avec les dirigeants;
    • Renforcement de nos efforts d’évaluation et d’atténuation des risques en établissant un comité de la gestion antifraude, un comité directeur de la gestion de la sécurité et une politique de conduite fiscale et de gestion des risques;
    • Évaluation des corrélations entre les principaux risques, comme ceux qui ont une incidence sur l’expérience client.
  • Vérification indépendante de certains renseignements dans le Rapport annuel sur la responsabilité sociale de TELUS.

  • Publication volontaire de notre politique de divulgation, de notre politique relative aux délits d’initiés, de notre politique de diversité du conseil d’administration, de notre politique de participation active des actionnaires et, dans sa totalité, du guide sur les politiques du conseil d’administration, comprenant tous les mandats des comités du conseil d’administration. Seule la publication du mandat du comité d’audit est exigée en vertu de la loi. Cette information se trouve sur notre site web sur la gouvernance d’entreprise.

Miser sur les meilleures pratiques

Ayant adopté ses meilleures pratiques depuis longtemps, TELUS est en excellente position pour viser l’excellence en matière de gouvernance d’entreprise. Voici quelques-unes de ces pratiques :

  • Tenir des séances à huis clos lors de chacune des réunions du conseil et de ses comités, séances au cours desquelles les administrateurs indépendants se rencontrent sans que les membres de la direction soient présents.

  • Exiger que l’auditeur en chef et les auditeurs externes rendent compte au comité d’audit.

  • Tenir des séances à huis clos lors de chacune des réunions trimestrielles du comité d’audit, séances au cours desquelles les membres du comité rencontrent les auditeurs internes et externes sans que les membres de la direction soient présents.