Passer au contenuPasser au chercher
TELUS Impact Social
TELUS Impact Social
""

Redonner

Comment la technologie numérique favorise la mise en valeur des connaissances autochtones dans les soins de santé

6 déc. 2021

Le corps, la tête, l’esprit et le cœur. Ce sont les quatre dimensions du mieux-être personnel qui guident depuis longtemps les pratiques de soins de santé traditionnelles de nombreux peuples autochtones. 

Cette sagesse, entre autres pratiques traditionnelles et savoirs autochtones, a maintenant été intégrée aux assises d’une initiative de transformation des soins de santé autochtones : la plateforme virtuelle du Centre for Wise Practices, du Women’s College Hospital de Toronto.

Grâce à une subvention de 200 000 $ de la Fondation TELUS pour un futur meilleur, la plateforme virtuelle contribue à l’établissement d’un système qui reconnaît et respecte l’identité autochtone tout en offrant des soins de santé importants et culturellement adaptés, et dans lequel les visions du monde des Autochtones sont reconnues et valorisées. 

La nouvelle plateforme virtuelle, qui est en cours de développement, est conçue pour appuyer l’expérience concrète des Autochtones qui travaillent dans le domaine des soins de santé. Elle permettra aussi aux travailleurs de la santé non autochtones d’avoir accès aux façons de penser des Autochtones en matière de santé et de cérémonie, une approche qui a été négligée par la médecine occidentale.

« Pour moi, la plateforme virtuelle est une célébration de nos forces », affirme la Dre Lisa Richardson, médecin de Toronto de descendance Anishinaabe et responsable de la stratégie pour le Centre for Wise Practices in Indigenous Health du Women’s College Hospital de Toronto, où l’idée de la plateforme a pris naissance.  

 « Nous savons que le peuple autochtone subit encore d’horribles expériences dans le système de santé en Occident. Nous savons que l’écart dans les soins de santé existe encore, et pouvoir accéder à des soins de qualité, rapidement et sans racisme, est très important, ajoute la Dre Richardson. Il importe aussi que ces soins soient dirigés, conçus, adaptés et développés par des Autochtones. »

Les politiques du gouvernement creusent davantage le fossé numérique au Canada et empêchent certaines régions de bénéficier d’une connexion internet optimale.

Un petit feu

La recherche indique que le racisme a de nombreux effets néfastes sur la santé des patients autochtones et la création de cette plateforme virtuelle s’inscrit dans la demande accrue pour l’élaboration et la mise en place de pratiques, d’espaces, d’activités et de connaissances tenant compte des traumatismes et culturellement adaptées dans l’ensemble du système de santé.  

En conséquence, la Dre Richardson, également conseillère stratégique en matière de santé autochtone à la faculté de médecine de l’Université de Toronto, a commencé à rassembler et à partager des ressources en ligne pertinentes, de concert avec une équipe spécialisée du Women’s College Hospital.

« Nous voulions “faire un petit feu”, comme diraient nos aînés, puis nous avons commencé à remarquer que de plus en plus de gens venaient à nous pour comprendre ce que nous faisions », ajoute-t-elle.

Cette image contient du texte. Nous avons fourni une explication de l’infographie ici.

Les plus récents ajouts à la plateforme comprennent une roue médicinale à quatre volets adaptée à la COVID-19 et élaborée en collaboration avec des aînés. La roue est conçue spécialement pour offrir une approche globale de la résilience physique, émotionnelle, mentale et spirituelle en temps de COVID-19. Elle témoigne aussi des lacunes inhérentes aux mesures de santé publique mises en place au Canada pour contenir le coronavirus, comme la distanciation physique, l’isolement et les pratiques d’hygiène accrues. Pour que ces mesures soient efficaces, il faut que les gens aient accès à un logement, à de l’eau potable, à de la nourriture et à une sécurité du revenu. Or, de tels déterminants de base de la santé sont souvent inadéquats dans les communautés autochtones. Une intervention robuste en matière de soins de santé autochtones reconnaît le passé colonial du pays et respecte l’autodétermination des peuples autochtones.

Récemment, Gabrielle Fayant, d’Ottawa, cofondatrice de l’Assemblée des sept générations (Assembly of Seven Generations), un organisme sans but lucratif autochtone dirigé par des jeunes, a mis à profit l’information sur la COVID-19 de la plateforme pour fournir des renseignements pertinents et fiables à ses jeunes clients, à travers le prisme autochtone. 

« Nous croyons vraiment que les jeunes peuvent prendre des décisions éclairées de leur propre chef. Je ne peux pas dire à une jeune personne “tu dois faire ceci ou cela”. Je dois plutôt lui dire : “Voici tous les faits et l’information. Maintenant tu peux prendre une décision par toi-même” », explique Fayant, qui est originaire de la réserve métisse de Fishing Lake, en Alberta.

« Plus nous aurons accès à de telles informations, mieux se porteront nos communautés », ajoute-t-elle.

Le Dr Daniel Passafiume abonde dans le même sens.  

Médecin non autochtone, le Dr Passafiume a récemment terminé sa résidence en médecine de l’Université de Toronto dans le nord du Canada, auprès des communautés autochtones du Yukon. Il a constaté de ses propres yeux les iniquités qui existent entre les Autochtones et les non-Autochtones en ce qui a trait aux soins de santé. 

« Je crois qu’il est important de comprendre que ces iniquités sont ancrées très profondément dans le colonialisme et l’oppression, et nous commençons à en avoir une meilleure idée », explique-t-il. 

Le Dr Passafiume soutient que les ressources offertes par le Centre for Wise Practices contribuent grandement à réduire l’écart d’information, et sauveront des vies. 

« L’accès à ces ressources permet de concrétiser beaucoup d’idées de façon à les utiliser pour prodiguer des soins à tout le monde. »

Cette image contient du texte. Nous avons fourni une explication de l’infographie ici.

Rendre la médecine accessible, créer une connexion

Actuellement, le site du Centre for Wise Practices est hébergé par le Women’s College Hospital. Cependant, Selena Mills, responsable du projet, nous informe que la subvention de la Fondation TELUS pour un futur meilleur permettra de rassembler ce genre de ressources culturelles liées à la santé dans un tout nouveau site web, plus interactif et engageant, avec encore plus de contenu. 

« Nous voulons nous assurer que la nouvelle plateforme virtuelle est vraiment interconnectée d’une façon dynamique et intéressante pour plusieurs profils démographiques », poursuit Mills, une descendante de la nation des Cris des bois de Lac La Ronge (Traité no 6).

« Je crois fermement à la maîtrise des outils technologiques pour stimuler le génie autochtone. »

Une fois la plateforme virtuelle terminée, elle comprendra une version mobile pour rendre le contenu encore plus accessible sur les téléphones intelligents et les tablettes. 

La plateforme virtuelle constitue l’un des nombreux programmes financés par la Fondation TELUS pour un futur meilleur. Chaque année, la Fondation fournit des millions de dollars à plus de 500 organismes de bienfaisance au Canada ainsi qu’à des organismes nationaux et provinciaux, qui offrent des programmes de soins de santé ou de formation, dont bon nombre reposent sur la technologie. 

Cliquez ici pour en savoir plus sur le Centre for Wise Practices in Indigenous Health et pour demeurer au fait des progrès relatifs à la nouvelle plateforme virtuelle.

Un homme assis sur un rocher dans la nature travaillant sur un ordinateur portable.

Aidez à connecter les collectivités

De meilleures politiques du gouvernement sont nécessaires pour garantir aux Canadiens une meilleure connectivité.

Informez-vous.