Passer au contenuPasser au chercher
Logo de TELUS Santé
Logo de TELUS Santé

Il est temps d'agir sur la santé mentale de notre première ligne

Santé mentale · 18 janv. 2021

Ils sont un million à avoir besoin plus que jamais de soins en santé mentale. Pourtant, les travailleurs de première ligne au pays sont moins susceptibles d’en faire la demande. Comment peut-on changer la donne?


Les travailleurs de première ligne bravent les situations que la plupart fuient. Leur travail, souvent dangereux, les expose à des situations potentiellement traumatisantes. Infirmières, travailleurs de la santé, médecins, ambulanciers, responsables des communications pour la sécurité publique, pompiers, policiers et agents correctionnels peuvent tous être touchés.

Selon la Dre Rachel Naomi Remen, attendre de ces professionnels qu’ils soient insensibles aux souffrances et aux pertes qu’ils vivent quotidiennement, « c’est aussi déraisonnable que de penser marcher dans l’eau sans se mouiller »1.

Devant un besoin aussi criant, quels sont les obstacles à l’amélioration, et que fait TELUS Santé pour changer les choses?

Beaucoup de difficultés, mais peu d’aide : le dilemme de la santé mentale des travailleurs de première ligne

Au Canada, 44 % des travailleurs de première ligne éprouvent des problèmes de santé mentale, un taux quatre fois plus élevé que dans la population générale2.

  • Une infirmière sur trois reçoit un diagnostic de trouble dépressif majeur3.

  • Un quart des médecins déclarent vivre des niveaux élevés d’épuisement professionnel4.

  • Les ambulanciers sont plus susceptibles de souffrir de stress post-traumatique que les soldats en service actif5.

  • 34 % des pompiers vivent des problèmes de santé mentale6.

En dépit de ces statistiques, les problèmes de santé mentale chez les travailleurs de première ligne passent souvent inaperçus en raison des exigences liées aux horaires de travail et de la difficulté à parler de santé mentale et à demander de l’aide 7. Selon une étude publiée récemment, 93 % des premiers répondants croient que la santé mentale est aussi importante que la santé physique, mais 47 % d’entre eux estiment que demander de l’aide nuirait à leur emploi et à leur réputation aux yeux de leurs collègues8.

Sur le plan de la santé mentale, les travailleurs de première ligne sont doublement désavantagés. Avec le stress, l’épuisement et l’accès limité aux services en personne en raison de la COVID-19, tous les ingrédients sont réunis pour créer une crise de santé mentale chez les professionnels les plus essentiels.

Le Canada remercie ses travailleurs de première ligne

La population a exprimé sa gratitude en chantant, en klaxonnant et en fabriquant des pancartes. Les Canadiens ont aussi aidé de plusieurs façons les travailleurs de première ligne.

  • En avril dernier, un mois après le grand confinement, la Commission de la santé mentale du Canada a offert une formation virtuelle gratuite pour aider les travailleurs de première ligne à prendre soin d’eux et de leur entourage.

  • Par l’intermédiaire de la Société canadienne de psychologie, des psychologues offrent des séances de thérapie gratuitement aux personnes qui en ont besoin.

  • Les soins de santé virtuels sont apparus comme une véritable bouée de sauvetage. L’utilisation de ces services a bondi de 20 % à 60 %9 en l’espace de quelques semaines, quand les Canadiens ont dû se tourner vers de nouveaux fournisseurs de soins. Les soins virtuels, des services à distance sécuritaires et accessibles en tout lieu, sont devenus la norme. Par ailleurs, 76 % des utilisateurs au pays se disent prêts à continuer d’utiliser les soins de santé virtuels après la pandémie.10

  • Des applications telles qu’Espri par TELUS Santé ont été lancées pour faire tomber les murs entre les travailleurs de première ligne et le soutien en santé mentale et au mieux-être. Espri est conçue pour rassembler des travailleurs de première ligne et les services de santé mentale à leur disposition : outils d’apprentissage établissement d’objectifs, ressources d’aide et vidéoconférences de groupe dans des forums de soutien et de formation.

Les technologies de santé numériques donnent espoir – agissons pour la santé mentale

En avril dernier, les ambulanciers de la Colombie-Britannique ont demandé de l’aide à un taux presque doublé par rapport à celui d’avril 201911. Les services de santé numériques sont appelés à jouer un rôle important dans l’accès aux soins pour une multitude de raisons, y compris les aspects pratiques et économiques, l’élimination de la stigmatisation ainsi que la sécurité et le confort associés au foyer. Certains utilisateurs ont même affirmé avoir établi une relation aussi étroite avec leur thérapeute à distance que lorsqu’ils se voient en personne12.

Il reste encore beaucoup de chemin à faire avant de combler les lacunes dans les services de soutien et d’éliminer les préjugés. Or, nous avons fait un grand pas en avant en proposant des outils numériques aux personnes qui en ont besoin. Maintenant que les travailleurs de première ligne se montrent prêts à essayer de nouveaux services virtuels en santé mentale, nous changerons peut-être la donne en santé mentale pour les gens qui prennent soin de nous dans les moments les plus difficiles.


1 Remen, R. N. « Kitchen table wisdom: Stories that heal », New York, Riverhead Books, 1996.

2 Carleton, R. Nicholas, et coll. « Mental Disorder Symptoms among Public Safety Personnel in Canada », Revue canadienne de psychiatrie, 63(1), janv. 2018, p. 54-64. https://doi.org/10.1177/0706743717723825

3 Stelnecki, Andrea M., et coll. « Mental Disorder Symptoms among Nurses in Canada », Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers, 2020. https://nursesunions.ca/wp-content/uploads/2020/06/OSI-REPORT_final.pdf

4, 5 Association médicale canadienne. National Physician Health Survey: A National Snapshot, oct. 2018. http://www.cma.ca/sites/default/files/2018-11/nph-survey-e.pdf

5 Ibid.

6 Wiklanski, Dave. « Health and wellness: Signs of Trauma », Firefighting in Canada, févr. 2019. https://www.firefightingincanada.com/signs-of-trauma-26755/

7 Centre for Addiction and Mental Health. PTSD in the First Responder. https://www.camh.ca/en/camh-news-and-stories/ptsd-in-the-first-responder-world

8 Dutton, Sam. « Study reveals roadblocks to mental health counseling in first responders », EMS1, janv. 2019. https://www.ems1.com/mental-health/articles/study-reveals-roadblocks-to-mental-health-counseling-in-first-responders-qrZWWNyka49PSBjN/

9 Green, Michael. « Virtual Care is the Future of Health Care Delivery in Canada », déc. 2020. https://www.hilltimes.com/2020/05/10/paid-content-virtual-care-is-the-future-of-health-care-delivery-in-canada/247763#:~:text=In%202019%2C%20virtual%20care%20saved,is%20better%20for%20everyone's%20health

10 Inforoute Santé du Canada. « Consulter les Canadiens sur l’avenir du réseau de la santé : Un sain dialogue », nov. 2020. https://www.infoway-inforoute.ca/fr/component/edocman/3851-un-sain-dialogue-sommaire-du-rapport/view-document?Itemid=0

11 Bailey, Ian. « COVID-19 stress pushing more paramedics to seek mental-health support in B.C. », The Globe and Mail, mai 2020. https://www.theglobeandmail.com/canada/british-columbia/article-covid-19-stress-pushing-more-paramedics-to-seek-mental-health-support/https://www.theglobeandmail.com/canada/british-columbia/article-covid-19-stress-pushing-more-paramedics-to-seek-mental-health-support/

12 Jones, C., Miguel-Cruz, A., Smith-MacDonald, L., Cruikshank, E., Baghoori, D., Kaur Chohan, A., Laidlaw, A., White, A., Cao, B., Agyapong, V., Burback, L., Winkler, O., Sevigny, P.R., Dennett, L., Ferguson-Pell, M., Greenshaw, A., Brémault-Phillips, S. « Virtual Trauma-Focused Therapy for Military Members, Veterans, and Public Safety Personnel With Posttraumatic Stress Injury: Systematic Scoping Review », JMIR Mhealth Uhealth, 2020;8(9):e22079. https://mhealth.jmir.org/2020/9/e22079 DOI : 10.2196/22079; PMID : 32955456; PMCID : 7536597


Partager cet article :