Passer au contenuPasser au chercher
Logo de TELUS Santé
Logo de TELUS Santé

Saison de la grippe et COVID-19 : des réponses à vos questions

Personnel · 20 oct. 2020

Lorsque la pandémie de COVID-19 a commencé, du jour au lendemain, de nombreux Canadiens ont dû s’adapter rapidement afin de protéger leurs proches et leurs collectivités. Nos efforts ont fait une grande différence, mais nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge.

Les experts du Conseil consultatif médical de TELUS prévoient que la récente augmentation des cas de COVID-19 dans tout le pays pourrait créer une « double vague » : une combinaison simultanée de COVID-19 et de notre saison de la grippe annuelle.

Les experts médicaux et les responsables de la santé publique travaillent sans relâche pour s’y préparer, mais naturellement, les Canadiens sont inquiets et attendent des réponses.

Le Dr Dominik Nowak, médecin-chef du Conseil consultatif médical de TELUS et membre de la faculté de l’Université de Toronto, répond à vos questions les plus fréquentes sur la saison de la grippe et sur la COVID-19 :

1) Si je présente des symptômes semblables à ceux du rhume, comment saurai-je si j’ai la grippe ou la COVID-19?

La grippe et la COVID-19 se ressemblent en ce sens qu’elles sont toutes les deux des maladies respiratoires contagieuses, mais elles sont causées par des virus différents. L’une et l’autre peuvent se manifester très tôt avec des symptômes identiques, comme de la fièvre, de la toux, des difficultés respiratoires, des maux de gorge, de la fatigue et une congestion nasale. Les tests sont l’un des moyens de les différencier. En résumé, si vous présentez des symptômes, aussi légers soient-ils, vous devez vous isoler et communiquer avec votre système de santé local pour procéder aux tests requis et à la recherche des personnes avec qui vous avez eu des contacts.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont compilé cette ressource utile qui compare la COVID-19 et la grippe (en anglais), en se basant sur les informations les plus pertinentes dont nous disposons à ce jour. Nous savons, par exemple, qu’il faut souvent quelques jours après l’exposition pour qu’une personne présente des symptômes dus au virus de la COVID-19. D’ici là, les gens peuvent être contagieux sans le savoir. C’est pourquoi il est si important de garder nos « bulles sociales » petites et de se tenir diligemment à distance dans les interactions en dehors de nos bulles – en plus de porter un masque et de procéder à l’hygiène de nos mains.

2) La COVID-19 est-elle plus mortelle que la grippe?

On pense que la COVID-19 est environ dix fois plus mortelle que la grippe ordinaire¹. Cela dit, les deux peuvent causer des maladies graves et la mort; nous savons aussi que la grippe tue des centaines de milliers de personnes dans le monde chaque année.

Le taux de mortalité dû à la COVID-19 diffère d’un pays à l’autre, en partie en fonction de qui contracte le virus dans ce pays : bien que les personnes en bonne santé puissent être infectées à la fois par le virus de la grippe et par la COVID-19, les personnes âgées, les personnes ayant des problèmes de santé préexistants et celles dont le système immunitaire est affaibli sont les plus vulnérables aux maladies graves provoquées par l’un ou l’autre de ces virus. Il est tragique de constater qu’au Canada, environ huit décès sur dix dus à la COVID-19 ont eu lieu dans des établissements de soins de longue durée (soit le double de la moyenne de l’OCDE)². Et si n’importe qui peut tomber gravement malade, nous pouvons tous transmettre à la fois la grippe et la COVID-19 à d’autres personnes. C’est pourquoi il est si important que nous restions vigilants au cours des prochains mois.

3) Je prends tellement de mesures de sécurité supplémentaires et mon exposition aux autres est limitée. Ai-je vraiment besoin du vaccin contre la grippe cette année?

Le vaccin antigrippal nous protège, ainsi que les personnes qui nous entourent. La menace imminente d’une « double vague » hivernale signifie également que tous les Canadiens ont le devoir commun d’être proactifs face à notre épidémie hivernale habituelle de la grippe. Bien que la grippe soit moins mortelle que le virus de la COVID-19 en termes de taux de mortalité, les deux sont graves. J’ai soigné de nombreuses personnes qui sont finalement décédées ou qui ont été gravement atteintes par la grippe.

Même si l’automne et l’hiver arrivent, nous ne pouvons pas laisser à la fois la COVID-19 et des vagues d’épidémie de grippe atteindre simultanément nos communautés. La vaccination contre la grippe contribue à réduire le risque d’hospitalisation et de décès. Il sera crucial pour tous les Canadiens qui le peuvent de se faire vacciner afin de se protéger eux-mêmes et leurs proches.

Cette année, il est plus important que jamais de se faire vacciner contre la grippe.

4) Dois-je m’inquiéter des effets secondaires du vaccin contre la grippe?

Non. Après avoir reçu le vaccin contre la grippe, la plupart des gens ont des effets secondaires très légers ou n’en ont pas du tout et les réactions graves sont très rares. Les enfants, les adultes, les personnes âgées et les femmes enceintes peuvent se faire vacciner en toute sécurité et vous ne pouvez pas attraper la grippe par le biais du vaccin antigrippal. Si vous avez des questions sur les effets secondaires potentiels compte tenu de vos antécédents médicaux personnels, commencez une consultation virtuelle avec un praticien sur votre application Akira par TELUS Santé ou consultez votre professionnel de la santé de premier recours.

5) Le vaccin contre la grippe me protégera-t-il, même partiellement, contre la COVID-19?

Non. Le vaccin antigrippal ne protège pas contre le virus de la COVID-19, car il est conçu spécifiquement pour protéger contre les virus de la grippe. Chaque année, le vaccin est adapté pour prévenir les souches de grippe en circulation pour l’année en question. En vous faisant vacciner cet automne, vous diminuerez considérablement votre risque de contracter la grippe, vous contribuerez à réduire le risque de maladie grave et d’hospitalisation et vous protégerez vos proches et votre entourage.

6) Le fait de me faire vacciner contre la grippe augmentera-t-il mon risque de contracter la COVID-19?

Non. L’affirmation selon laquelle les personnes qui se font vacciner contre la grippe sont plus susceptibles de contracter la COVID-19 s’est répandue par le biais des médias sociaux, mais il n’y a aucune raison de croire que le vaccin contre la grippe augmentera votre risque de contracter le virus de la COVID-19.

7) J’avais l’habitude de me faire vacciner contre la grippe au bureau. Comment puis-je être vacciné cette année?

Le vaccin antigrippal sera encore largement disponible au Canada cette année. Communiquez avec votre professionnel de la santé de premier recours ou connectez-vous à votre application Akira par TELUS Santé pour obtenir de l’aider et trouver la clinique de vaccination contre la grippe la plus proche de chez vous.

8) Si je présente des symptômes de grippe ou de COVID-19, puis-je quand même me faire vacciner contre la grippe?

Non. La vaccination antigrippale doit être reportée pour toute personne présentant un cas possible, probable ou confirmé de COVID-19 ou pour toute personne malade. Une maladie bénigne n’est généralement pas une contre-indication à la vaccination antigrippale, mais pour vous faire vacciner, vous devez attendre d’être débarrassé de vos symptômes et d’avoir terminé la période d’isolement volontaire conseillée afin d’éviter d’exposer les travailleurs de la santé et les autres patients au virus de la COVID-19.

Il est également important de savoir qu’un cas de COVID-19 ou de grippe suspecté ou confirmé précédemment ne vous protège pas contre de futures infections grippales. La meilleure façon de vous protéger contre la grippe saisonnière est de se faire vacciner annuellement puisque les souches de grippe en circulation changent chaque année.

 

 


Sources :

¹ Coronavirus Disease 2019 vs. the Flu, John Hopkins Medicine (source en anglais)

² Une nouvelle analyse brosse un portrait international de l’impact de la COVID-19 dans le secteur des soins de longue durée, Institut canadien d’information sur la santé


Partager cet article :