Passer au contenuPasser au chercher
Logo de TELUS Santé
Logo de TELUS Santé

Cinq conseils pour soutenir la santé mentale de votre enfant à l’école

Personnel · 10 sept. 2020

Cette année, plus que jamais, le sentiment d’anxiété de votre enfant peut augmenter en raison de la fréquentation scolaire dans le contexte de la COVID-19.  Les cinq conseils suivants vous aideront à soutenir la santé mentale de votre enfant, sans oublier la vôtre.

1. Mon enfant a peur d’aller à l’école .Comment puis-je l’aider à ressentir moins de nervosité face à cette nouvelle réalité?

Discutez ouvertement avec votre enfant de ce qui le préoccupe et rassurez-le en lui disant qu’il est normal de ressentir de l’anxiété et du stress. Si votre enfant ressent de la nervosité liée aux mesures de précaution prises dans le contexte de la COVID-19, il est important de lui parler franchement des changements qu’il pourrait connaître à l’école cette année.[1] Les enfants pourraient être tenus de porter un masque et de se tenir à une certaine distance de leurs amis. Rappelez à vos enfants que les mesures de sécurité sont mises en place pour veiller à la santé des enseignants, des élèves et de leur famille.

Si votre enfant craint d’aller à l’école, il peut aussi être judicieux de lui rappeler les aspects positifs du retour en classe. Il peut revoir ses amis et ses enseignants, et la distraction attribuable au changement d’environnement favorise l’apaisement de son anxiété. De plus, la routine de chaque enfant a été fortement perturbée pendant la crise de COVID-19. Des journées plus structurées incluant du temps en classe, un repas à l’école, des devoirs et du temps en famille l’aideront à avoir un sentiment de normalité durant cette période incertaine.

2. Quels problèmes de comportement devrais-je surveiller chez mon enfant?

Permettez à votre enfant de s’exprimer librement à propos du stress et de l’anxiété qu’il ressent à l’idée d’aller à l’école  et vérifiez la présence de signes de stress. Voici certains signes de détresse psychologique chez les enfants : [2]

  • Difficulté à se concentrer

  • Troubles du sommeil ou comportements alimentaires

  • Irritabilité

  • Inquiétudes ou pensées négatives

  • Agitation

  • Pleurs

  • Nausées ou maux d’estomac

Validez et normalisez l’anxiété de votre enfant : l’année a été difficile. En demeurant calme et confiant, vous pouvez également influencer son état émotionnel. Si vous vous inquiétez pour votre enfant, restez en contact avec ses enseignants. S’il souffre de problèmes de santé mentale ou que ceux-ci semblent s’aggraver, demandez de l’aide à un conseiller scolaire.

3. Les mesures de précaution prises par l’école dans le contexte de la COVID-19 rendent mon enfant nerveux. Comment puis-je apaiser l’anxiété de mon enfant?

Lorsqu’un enfant ressent de l’anxiété, il est important de reconnaître que son anxiété est fondée et de l’encourager à exprimer ses émotions.[3] Il est également important de le tenir au courant des changements auxquels il peut s’attendre afin de normaliser ce retour en classe hors du commun. Restez au courant des politiques scolaires et informez votre enfant des changements apportés à la dimension des classes, aux espaces de bureau, aux activités pendant l’heure du midi ou la récréation et aux activités parascolaires. Il peut aussi être judicieux de mentionner la fermeture éventuelle des écoles, afin que votre enfant ne soit pas ébranlé si son école ferme plus tard dans l’année.

De plus, la plupart des études montrent que même si les enfants peuvent être porteurs du virus, il sont moins à risque de développer des symptômes graves. La Société canadienne de pédiatrie indique que moins de 1 % des hospitalisations au pays concernaient des personnes de 19 ans et moins et qu’aucun décès n’est associé à ce groupe.[4] Mettre l’accent sur cette statistique peut vous aider à rassurer votre enfant s’il a peur de contracter la COVID-19. Il peut également être judicieux de rappeler à votre enfant l’importance de respecter les mesures recommandées, car celles-ci protègent les membres plus vulnérables de notre communauté, comme ses grands-parents.

4. Comment puis-je vérifier comment mon enfant s’en sort?

Il est normal que les émotions changent d’une journée à l’autre tant pour les parents que pour les enfants. Si vous vous inquiétez de la façon dont votre enfant fait face à la situation, cherchez à déceler les changements dans son comportement qui relèvent du stress. La cohérence comportementale peut révéler des problèmes plus graves qu’une seule mauvaise humeur après une journée en classe.[5]

Les enfants tiennent compte des signaux émotionnels envoyés par les adultes qu’ils côtoient le plus souvent, comme leurs parents ou leurs enseignants. Cela signifie qu’il est important de faire attention aux signaux que vous envoyez. Être parent pendant la crise de COVID-19 provoque stress et anxiété. Assurez-vous de prendre soin de votre mieux-être pour favoriser le mieux-être mental de votre enfant grâce à des affirmations parent-enfant et à des échanges quotidiens positifs.

Si vous craignez que votre enfant ne vous parle pas ouvertement de ses sentiments, des activités créatives comme les jeux et le dessin peuvent l’aider à s’exprimer et à communiquer les sentiments négatifs qu’il peut ressentir.[6]

5. J’ai peur que mon enfant soit victime d’intimidation ou qu’il intimide des enfants à la rentrée. Que devrais-je faire?

Nous avons été témoins d’incidents de stigmatisation et de racisme au pays concernant la COVID-19. Malheureusement, ces préjugés peuvent être transmis aux enfants. En expliquant à votre enfant que le virus n’a rien à voir avec l’apparence, la langue ou l’origine d’une personne, vous renforcez l’idée que tout le monde doit être traité de la même manière : avec gentillesse et respect.

Rappelez à votre enfant que s’il est victime d’intimidation à l’école, il doit le signaler à un adulte. N’oubliez pas que l’intimidation peut également se produire en ligne. Favorisez un dialogue ouvert avec votre enfant, surveillez les changements de cohérence comportementale et après l’école, demandez à votre enfant de vous parler de sa journée. Surveillez les hésitations ou les signes de stress pendant qu’il vous raconte sa journée.

L’école joue un rôle important dans le développement social et cognitif de nos enfants. Insistez sur ce point, pour vous et votre enfant, à la rentrée cet automne.

 


[1]Unicef : Veiller à la santé mentale de votre enfant lors de la reprise de l’école durant la pandémie de COVID.

[2]Anxiety Canada : Anxiety in Children (l’anxiété chez les enfants)

[3]National Association of School Psychologists : Helping children cope with changes resulting from COVID-19 (aider les enfants à composer avec les changements découlant de la crise de COVID-19)

[4]Société canadienne de pédiatrie : Mise à jour sur l’épidémiologie de la COVID-19 et effets de la maladie sur les soins médicaux aux enfants : avril 2020

[5]Anxiety.org : Identifying signs of anxiety in children (détecter les signes d’anxiété chez les enfants)

[6]Unicef : Veiller à la santé mentale de votre enfant lors de la reprise de l’école durant la pandémie de COVID.


Partager cet article :