Renforcer la résilience climatique en investissant dans les technologies propres

Nouvelles concernant le Fonds · 26 févr. 2024

Les investissements dans les technologies propres ont presque quadruplé depuis 2018. Toutefois, le secteur continue d’être confronté à d’importantes difficultés, notamment des fonds limités pour la recherche et le développement. Le Fonds pollinisateur de TELUS pour un monde meilleur comble ces lacunes en investissant dans des technologies novatrices et des entreprises en démarrage de toutes tailles et à toute étape de leur parcours. Le Fonds a récemment participé à trois investissements qui renforceront la résilience climatique au moyen de technologies agricoles capturant le dioxyde de carbone, qui faciliteront le remplacement du plastique par des produits à base de plantes et qui favoriseront l’énergie propre.

Jason Aramburu et Morgan Williams veulent contribuer à la résolution de la crise climatique mondiale depuis longtemps.

C’est pourquoi il y a trois ans, ils ont fondé ensemble leur entreprise : Climate Robotics. Située à Houston, cette entreprise en démarrage permet aux agriculteurs de collecter et de traiter les déchets agricoles (biomasse) de manière abordable, puis de les transformer en un produit appelé biochar, qui est ensuite dispersé dans le sol.

Le résultat? Une réduction considérable des émissions de gaz à effet de serre provenant de l’agriculture et des systèmes agricoles, qui sont d’importants émetteurs dans le secteur, et une amélioration de la rétention d’eau et de nutriments dans les champs, entraînant une augmentation moyenne du rendement de 16%.

« Les exploitations agricoles du monde entier produisent des milliards de tonnes de biomasse : des spathes de maïs, de la paille de blé, et tout ce qui reste après les récoltes, explique M. Aramburu, président et chef de la direction de Climate Robotics. Mais au lieu de laisser la biomasse se décomposer et libérer du carbone dans l’atmosphère, il est possible de la brûler par pyrolyse, un processus à haute température et à faible teneur en oxygène, pour créer du biochar. »

Selon M. Aramburu, les recherches suggèrent que des milliards de tonnes de dioxyde de carbone peuvent être capturées chaque année en transformant la biomasse en biochar.

Jusqu’à présent, le principal obstacle à la réalisation de cet objectif était le coût. Le biochar est généralement trop cher pour la plupart des agriculteurs. Climate Robotics rend le processus accessible grâce à sa technologie mobile et robotisée. Au lieu de transporter la biomasse des fermes aux installations de transformation qui la transforment en biochar, puis de renvoyer le produit aux agriculteurs qui l’épandent dans leurs champs, tout est fait sur place, à la ferme.

Climate Robotics est prêt pour la suite.

« Pour adapter notre technologie, nous avons besoin du soutien d’investisseurs qui partagent notre passion pour les changements environnementaux, » explique M. Aramburu.

Le Fonds pollinisateur de TELUS pour un monde meilleur est l’un des investisseurs à vocation sociale qui ont participé au tour de financement de 20 millions de dollars américains de Climate Robotics.

« Nous investissons dans la prochaine génération d’entreprises qui, comme TELUS, croient que réussir en affaires et faire le bien dans nos collectivités vont de pair, déclare Blair Miller, associé directeur du Fonds pollinisateur de TELUS, qui investit dans des entreprises en démarrage et établies à but lucratif qui stimulent l’innovation et les solutions transformatives pour bâtir un monde meilleur.

En fin de compte, cela se traduit par l’adoption généralisée de solutions zéro émission ou l’amélioration de l’accès à des aliments sains provenant de systèmes alimentaires durables, » ajoute M. Miller.

S’attaquer à la crise du plastique avec des plantes

erthos veut résoudre la crise du plastique en créant des biomatériaux pouvant être utilisés à la place du polypropylène.

En plus de celui de Climate Robotics, le Fonds pollinisateur de TELUS a récemment participé au tour de financement sursouscrit de 6,5 millions de dollars d’erthos, faisant passer le total du financement de l’entreprise en démarrage à 11,2 millions de dollars. La mission de cette entreprise de conception de biomatériaux est de résoudre la crise du plastique et de trouver une solution à la production de plus de 300 millions de tonnes de déchets plastiques par an, dont la moitié provient de plastiques à usage unique.

« Notre investissement dans erthos nous permet de contribuer à relever le défi de la pollution du plastique en proposant des solutions de rechange à base de plantes, » explique M. Miller.

La première gamme de matériaux d’erthos peut remplacer le polypropylène, un plastique à utilisations multiples, des couverts aux cintres. Elle est entièrement compatible avec les machines et les processus de fabrication actuels, elle peut être compostée, et elle ne contient aucune fibre d’arbre, aucun microplastique et aucune SPFA, ou substance perfluoroalkylée, également surnommée « produit chimique éternel ». L’entreprise en démarrage de Toronto souligne que la production de ses résines et de ses matériaux faits à base de plante utilise 98% moins d’eau, produit 70% moins de carbone et consomme 50% moins d’énergie que celle des autres plastiques.

« Nous avons effectué des recherches et recueilli des données sur plus de 100 ingrédients biologiques, des sous-produits agricoles aux adjuvants biologiques, explique Nuha Siddiqui, présidente-directrice générale et cofondatrice. Ces études nous permettront de créer des matériaux de rechange durables et entièrement fonctionnels.

Nous avons remarqué que lorsqu’il est question de remplacer les plastiques à usage unique, l’accent est souvent mis sur le recyclage ou sur les solutions à base de papier. Nous croyons que la solution se trouve dans les ingrédients biosourcés compatibles et fonctionnels, » explique Mme Siddiqui.

Créer de l’énergie propre avec un robot

Les dispositifs intelligents HotBot de Plentify s’installent sur les électroménagers, permettant d’économiser de l’énergie.

Le Fonds pollinisateur de TELUS a également participé au tour de financement de 4 millions de dollars américains de Plentify, une entreprise qui crée des dispositifs intelligents à installer sur les électroménagers qui permettent d’économiser de l’énergie et de passer à une énergie propre, allégeant la pression sur le réseau électrique au moment où il le faut. L’utilisation collective de millions d’électroménagers au quotidien peut causer une grande pression sur le réseau électrique, l’entraînant à dépendre davantage des combustibles fossiles aux heures de pointe. À eux seuls, les chauffe-eau consomment près de la moitié de l’énergie d’une résidence.

Plentify relève ces défis énergétiques grâce à HotBot, un dispositif d’économie d’énergie intelligent doté d’intelligence artificielle qui se connecte à n’importe quel chauffe-eau électrique et l’entraîne à consommer jusqu’à 30% moins d’énergie. HotBot se synchronise avec d’autres dispositifs du secteur pour créer un horaire de chauffage idéal en évitant la consommation d’énergie aux heures de pointe et en la déplaçant vers des périodes où l’énergie renouvelable excédentaire est disponible.

Cela permet non seulement de profiter d’un mix énergétique moins cher et plus propre, mais aussi d’un système plus fiable. Plentify a notamment démontré que l’installation de HotBot dans seulement 25% des foyers en Afrique du Sud a contribué à réduire de 20 heures par mois les pannes de courant.

« L’investissement de TELUS est un catalyseur de notre mission d’alléger la pression sur les réseaux d’électricité mondiaux en tenant compte de l’urbanisation rapide et des changements climatiques. Il témoigne aussi de l’applicabilité de notre technologie à l’échelle mondiale, » explique Jon Kornik, président-directeur général de Plentify.

Plentify, Climate Robotics et erthos sont les dernières entreprises parmi les 30 dans lesquelles le Fonds pollinisateur de TELUS a investi depuis sa création en novembre 2020.

« TELUS veut participer activement à la capture du dioxyde de carbone, à la résolution de la crise du plastique et à la réduction de la pression sur les réseaux électriques à l’échelle mondiale, déclare M. Miller.

En appuyant financièrement Climate Robotics, erthos et Plentify, nous contribuons à la résilience climatique et à l’économie circulaire. »

Partager cet article :