On reste calme et on se désinfecte les mains

Par Dre Diane McIntosh, B. Sc. (pharmacie), M.D., FRCPC

Psychiatre; directrice générale, Copeman Healthcare Centre; et chef des neurosciences, TELUS

Des nouvelles souvent alarmistes sont largement véhiculées au sujet de la COVID-19. Voici quelques suggestions pour vous aider à vous y retrouver dans cette masse d’information.
Une personne se verse de la lotion désinfectante dans la main.

Nous sommes nombreux à craindre, jusqu’à un certain point, l’exposition aux germes dans les endroits publics. C’est particulièrement vrai dans les transports en commun, ou encore lorsque quelqu’un tousse ou éternue près de nous sans se couvrir la bouche. Mais compte tenu de la pandémie mondiale actuelle liée à un virus hautement contagieux, contre lequel il n’existe actuellement aucune immunité collective ni aucun vaccin, il est normal de s’inquiéter pour notre santé ainsi que celle de nos proches et de nos concitoyens.

Ces craintes sont par ailleurs exacerbées par les nouvelles souvent alarmistes véhiculées au sujet de la COVID-19. Vous trouverez ci-après quelques suggestions pour vous aider à vous y retrouver dans cette masse d’information, et pour protéger votre santé ainsi que celle de vos proches.

1. On s’informe auprès de sources crédibles

Évitez les avis médicaux provenant de sources douteuses ou non officielles, comme Twitter et les balados. Les animateurs sont peut-être divertissants, mais recommander les probiotiques pour se protéger de la COVID-19 est absurde et ne repose sur aucun fait scientifique. Pour obtenir de l’information fiable, mieux vaut consulter les ressources de santé publique du gouvernement canadien.

Encouragez fortement les membres de votre entourage à faire de même. L’absence d’information fiable fournit en effet un terreau fertile aux maladies infectieuses méconnues, comme la COVID-19.

2. On s’appuie sur les faits établis

Nous n’avons pas encore toutes les réponses sur la COVID-19, mais nous pouvons d’ores et déjà tirer des leçons des pays qui ont fait face au virus. Nous savons par exemple, à la lumière des centaines de milliers de cas répertoriés dans le monde, que de nombreux enfants et certains adultes qui contractent le virus n’éprouveront que peu ou pas de symptômes.

Nous savons aussi que les personnes qui ne présentent pas de symptômes (porteurs asymptomatiques) peuvent transmettre la maladie. Il est donc primordial de créer une distance physique d’au moins deux mètres entre les personnes de tous âges. Cette règle doit être observée par tous sans exception, mais son application est absolument essentielle pour protéger les personnes de 60 ans et plus et les personnes immunodéficientes ou vivant avec une maladie chronique.

Le virus est très contagieux, plus encore que celui de la grippe. Les mesures visant à créer une distance physique entre les personnes et à éviter toute poignée de main ou accolade sont indispensables à ce stade. Il est préférable de saluer son interlocuteur à distance (pour les plus cools d’entre nous, un signe de paix de la main est tout indiqué).

Nous savons également que le virus peut survivre quelques heures, voire quelques jours, sur les surfaces. Le lavage des mains est donc impératif, à plus forte raison après un passage dans un endroit de forte affluence, comme le transport collectif ou les zones commerciales. Dans l’intérêt de tous, si vous n’avez pas à faire une sortie essentielle, RESTEZ À LA MAISON!

Ne vous inquiétez pas si vous ne pouvez pas vous procurer des masques à la pharmacie du coin. Ceux-ci n’empêchent pas la propagation du virus; ils servent plutôt à éviter qu’une personne infectée projette des gouttelettes contaminées en toussant ou en éternuant. Les personnes infectées DOIVENT demeurer à la maison, et tousser ou éternuer dans la main ou le creux du coude, en veillant à bien se laver les mains immédiatement après. Vous présentez des symptômes de rhume ou de grippe et vous n’avez pas accès à un test de dépistage? Supposez que vous êtes infecté et isolez-vous.

3. On contrôle ce que l’on peut

Le sentiment de perte de contrôle qui nous afflige dans le contexte actuel est tout à fait déstabilisant. Vu l’augmentation du nombre de personnes infectées dans le monde, il est normal de se sentir en proie à une grande vulnérabilité, en ne sachant pas exactement comment se protéger ni protéger ses proches.

La meilleure façon de gérer l’incertitude, c’est de déterminer ce sur quoi on peut agir et de se concentrer sur ces aspects concrets. Par exemple, nous savons que les gestes barrières les plus efficaces pour prévenir la propagation du virus consistent à se laver les mains à l’eau et au savon ou avec un produit désinfectant à base d’alcool (60 %) pendant 20 secondes et à maintenir une distance avec les autres de 2 mètres (6,5 pieds).

Il n’existe actuellement aucun vaccin ni aucun traitement pour la COVID-19. Or, comme l’activité grippale est encore élevée, il est important de se faire vacciner contre la grippe, en pharmacie par exemple, pour éviter de devoir se rendre chez le médecin.

Les services de santé vont être débordés, alors chaque geste compte pour prévenir la maladie. Si votre médecin n’est pas en mesure de vous offrir une consultation par téléphone, tournez-vous vers les services de soins virtuels de première ligne. Surtout, ne vous rendez à l’urgence qu’en cas de problème de santé qui ne peut absolument pas attendre. Pour savoir si votre état de santé est grave, consultez votre médecin de famille, appelez la ligne Info-Santé du gouvernement provincial en composant le 811 ou servez-vous d’une application de soins virtuels.

4. On se préoccupe des autres, car on peut juger une société à l’attention qu’elle porte aux plus vulnérables

La plus grande inquiétude que suscite la COVID-19 concerne les plus vulnérables, dont les personnes âgées, surtout celles ayant des problèmes de santé ou un système immunitaire affaibli ou des maladies chroniques sérieuses, comme le diabète ou des maladies cardiaques.

S’il y a des personnes âgées ou des personnes souffrant de maladies chroniques dans votre entourage, faites leur épicerie ou allez les conduire pour les tenir loin des foules et éviter qu’elles prennent le transport en commun. Priez-les de ne pas sortir de la maison à moins que cela ne soit absolument nécessaire.

En faisant l’épicerie, pensez à ceux qui n’ont pas les moyens de faire des provisions et donnez quelques dollars à la banque alimentaire. En fait, il n’y a rien de mieux, pour bien se sentir, que d’aider autrui.

5. On prend soin de soi

Pour garder son calme, il est primordial de prendre soin de soi. On fait de l’activité physique, on s’alimente sainement, on dort bien, on prend un bain relaxant, on lit un livre ou on s’adonne à toute autre activité qui nous apporte du plaisir. Une simple pause d’une vingtaine de minutes peut suffire à refaire le plein d’énergie. Malheureusement, toutes ces petites choses sont les premières à écoper en période de crise. Si vous ne vous sentez pas bien, vous ne pourrez pas aider ceux qui comptent sur vous. Loin d’être égoïste, s’occuper de soi est nécessaire et productif.

6. À TELUS, on travaille sans relâche pour le mieux-être des Canadiens

Nous augmentons activement les ressources en soins de santé virtuels pour éviter les visites dans les bureaux de médecins, les centres de soins d’urgence et les hôpitaux. La peur peut provoquer une ruée vers les centres de soins de santé, qui deviennent vite submergés. De plus, les hôpitaux et les salles d’attente des bureaux de médecins sont des lieux de prédilection pour la transmission des maladies. Grâce à la gamme de solutions de soins virtuels que propose TELUS, dont Akira par TELUS Santé, il est facile de consulter des professionnels de la santé pour passer un test de dépistage de la COVID-19 ou pour toute autre inquiétude de santé.

Prenez bien soin de vous.

Dre Diane


  • Twitter button
  • LinkedIn button
  • YouTube button

Pour nous aider à améliorer notre site, nous aimerions connaître votre opinion. Donnez-nous vos commentaires.