Passer au contenu
TELUS À propos
TELUS À propos
ÉducationMeaghan a intimidé une amie, mais elle voit maintenant les choses autrement : voici son témoignage
Meaghan a intimidé une amie, mais elle voit maintenant les choses autrement : voici son témoignage

Quinze pour cent des jeunes Canadiens ont posé des gestes de cyberintimidation. Meaghan est du nombre et offre aujourd’hui son témoignage pour en montrer les conséquences à long terme et susciter un élan de bienveillance en ligne.

À 16 ans, Meaghan Landry est déjà une personne éloquente, réfléchie et responsable – ce qui a de quoi plaire à tout parent.

Rien ne laisse croire qu’elle a déjà pu exercer de l’intimidation en ligne. Pourtant, l’adolescente de Whitby, en Ontario, est la première à admettre qu’elle revient de loin. Il y a quatre ans, Meaghan était habitée par la colère. Sa sœur cadette et elle se sont mises à bombarder de courriels blessants une jeune de leur école. Elles lui lançaient des insultes et lui disaient qu’elle n’avait pas d’ami. Leurs propos quelque peu enfantins ont toutefois piqué au vif leur victime.

Meaghan comprend maintenant qu’elle a posé ce geste dans une tentative maladroite pour se sentir mieux. Elle traversait en effet alors une période particulièrement difficile. Elle-même victime d’intimidation de la part d’autres jeunes filles de son école, Meaghan se sentait seule, déprimée et animée par la rancœur.

Elle a trouvé une cible facile sur laquelle déverser ses émotions : son amie, qui était inexplicablement toujours souriante et joyeuse.

« Contrairement à moi, à ce moment, elle avait confiance en elle-même, affirme-t-elle. Je l’enviais. »

L’offensive par courriel a pris fin lorsque la jeune victime en a parlé à sa sœur, et que sa famille s’est entretenue avec le père de Meaghan. Celle-ci s’est fait confisquer son iPod, mais sa colère envers la jeune fille ne s’est pas calmée pour autant.

Ni Meaghan ni sa sœur ne se sont excusées pour leur geste, et elles n’ont jamais reparlé à l’autre fille. Meaghan ajoute : « Parfois, je la voyais dans la rue et je regardais ailleurs. J’espérais qu’elle ne me voit pas. »

Dans les années qui ont suivi, Meaghan a appris à mettre son énergie au service des autres. Elle fait notamment du bénévolat à Girls Inc., un organisme sans but lucratif, ce qui lui a permis de gagner en confiance. Meaghan aide ainsi les jeunes femmes et les filles de sa collectivité à prendre la place qui leur revient.

Elle a voulu livrer son témoignage à TELUS parce qu’elle souhaite maintenant inciter les jeunes à miser sur la bienveillance et la compassion, et les aider à prendre conscience du puissant arsenal que représentent les téléphones mobiles et autres appareils numériques. TELUS compte parmi ses priorités d’informer les enfants et les adolescents au sujet de leurs rôles et responsabilités dans le monde ultrabranché, et traiter de la cyberintimidation est un volet important de cette démarche.

Différents gestes en ligne représentent de la cyberintimidation, les plus fréquents étant le recours aux insultes et l’envoi de messages blessants ou de menaces. L’éventail d’actes de cyberintimidation est toutefois plus vaste : faire circuler des rumeurs, révéler des informations personnelles ou embarrassantes, envoyer des photos ou des vidéos de quelqu’un d’autre, prendre possession du compte d’une autre personne ou créer de faux comptes, agir comme troll dans des forums et harceler des joueurs dans un jeu en ligne.

TELUS a récemment donné le coup d’envoi à une campagne nationale de sensibilisation du public canadien à la cyberintimidation. La campagne a démarré le 30 mai par la publication d’une lettre ouverte de Darren Entwistle, président et chef de la direction de TELUS, dans laquelle il invitait les Canadiens à joindre leurs efforts à ceux de TELUS pour lutter contre la cyberintimidation en prenant l’engagement de bonne conduite en ligne de TELUS Averti. Ce mouvement vise à créer un monde en ligne simplement meilleur et plus sécuritaire. La campagne comprend aussi une série de vidéos présentant le témoignage de personnes touchées par la cyberintimidation, dont Meaghan, sur telus.com/zerointimidation.

N’importe quel jeune ayant entre les mains un appareil numérique peut être tenté d’agir comme l’a fait Meaghan. Malheureusement, de nombreux le font. L’omniprésence de la technologie d’aujourd’hui et l’anonymat qu’elle permet ont provoqué une escalade de la cyberintimidation. Au cours du dernier mois seulement, un million d’enfants canadiens ont vécu de la violence en ligne, et bien d’autres (60 pour cent des préadolescents et des adolescents) sont témoins du harcèlement exercé. Beaucoup moins avouent avoir posé des gestes de cyberintimidation. En effet, 15 pour cent seulement affirment avoir intimidé une autre personne en ligne (cette proportion grimpe à 32 pour cent parmi ceux indiquant avoir été la cible de cyberintimidation).

Même si Meaghan n’a jamais reparlé à son ancienne amie, elle aime croire que chaque fois qu’elle prend la parole pour lutter contre la cyberintimidation, c’est un peu comme si elle lui présentait des excuses.

Meaghan veut aider les autres jeunes à prendre conscience des conséquences durables de la cyberintimidation, sur la personne qui en est la cible, mais aussi sur celle qui en est à l’origine.

« Nous faisons tous des erreurs, mais il y a d’autres moyens de canaliser sa colère. On peut en parler à quelqu’un, frapper dans un sac d’entraînement, faire autre chose de sain. Il ne faut pas garder d’émotion négative à l’intérieur et en faire payer le prix à quelqu’un d’autre. Sinon, on le regrette », indique l’adolescente.

Les choses vont bien pour Meaghan, qui se sent maintenant beaucoup mieux dans sa peau. Elle a des amis et peut compter sur le soutien de sa famille et de divers réseaux positifs.

De plus, elle voit clairement le chemin qu’elle souhaite tracer dans sa vie.

« Je ne veux pas faire de mal aux gens. Je veux aider les autres », déclare-t-elle.

Autres articles

Bloquons la cyberintimidation

TELUS s’engage à rendre le monde en ligne simplement meilleur. Ensemble, visons #ZéroIntimidation.

Découvrez la lettre de notre président

La mission d’une mère : en finir avec la cyberintimidation

Cinq ans après le suicide de sa fille, Carol Todd continue de lutter contre la violence en ligne et de transmettre le message de gentillesse et de compassion d’Amanda.

Lisez l’histoire de Carol et Amanda