Un avenir plus mélodieux

Éducation | 9 avril 2015
Groupe de jeunes enfants chantant
Groupe de jeunes enfants chantant
Groupe de jeunes enfants chantant
Groupe de jeunes enfants chantant
Groupe de jeunes enfants chantant
Groupe de jeunes enfants chantant

L’école Parkdale de Toronto donne une mesure différente.

Nous croyons que la musique permet aux jeunes de parler un langage universel qui transcende les limites de la pauvreté, des foyers brisés et des portes closes. C’est pourquoi nous soutenons les activités de la Regent Park School of Music de Parkdale. Cette école donne aux enfants de cinq ans et plus l’espace nécessaire pour apprendre la valeur de l’action, de l’expression, de la communication et de leur propre voix dans un monde très bruyant. Grâce à ce projet et aux efforts locaux, non seulement reconnaissons-nous la voix des enfants et des jeunes, mais nous pouvons maintenant l’élever.

"Ce qu’on ne peut dire et ce qu’on ne peut taire, la musique l’exprime."

Victor Hugo

Le travail de la Regent Park School of Music repose sur le dos de personnes qui ont la musique, l’éducation et les jeunes à cœur. C’est un groupe enseignant la musique à 71 enfants dans le sous-sol d’une église qui a fondé l’école il y a 15 ans. Ces personnes croient que la musique est véritablement axée sur les gens et encadreront bientôt près de 1 300 enfants à travers la ville. Pour ces personnes, ce n’est pas le nombre d’élèves qui compte, mais bien les interactions individuelles. Nous travaillons très fort avec ce groupe pour qu’il n’ait jamais à fermer la porte à un enfant. Si les 64 000 $ que le Comité d’investissement communautaire de TELUS à Toronto a remis au cours des sept dernières années ont notamment servi à cela, quelque 20 000 $ de ce montant ont aidé à construire une deuxième école à Parkdale.

"Ce sont 100 voix qui s’unissent pour que la voix des enfants puisse s’élever"

Richard Marsella

directeur de la Regent Park School of Music

Même si l’école de Parkdale a ouvert ses portes il y a seulement trois ans, on n’a qu’à y entrer pour voir à quel point c’est une réussite. On nous a parlé de Michelle, une jeune fille qui s’est inscrite au programme à l’âge de cinq ans et qui, aujourd’hui, à l’âge de huit ans, est une leader naturelle. Nous espérons voir plus d’enfants comme Michelle traverser différentes étapes et considérer leur groupe de musique comme une deuxième famille.

L’école offre des cours de piano, de batterie sur seau, de chorales diverses et d’orchestre communautaire en groupe. La cohérence du programme assure un soutien à ces enfants qui, souvent, ont vécu des situations difficiles et imprévisibles, en plus de les mobiliser et de les aider à aller de l’avant.

"Il faut toujours redoubler d’effort"

Richard Marsella

directeur de la RPSM

Ce programme nous tient particulièrement à cœur, car il incorpore des éléments technologiques novateurs pouvant aider les jeunes à grandir et à s’exprimer. Un des premiers diplômés de la Regent Park School of Music a auditionné à un programme de Berkley en utilisant son ordinateur comme instrument de musique. Aujourd’hui, il enseigne à des jeunes et les prépare pour l’avenir. Le développement de la technologie a joué un rôle essentiel dans l’amélioration des programmes de musique de coopération offerts par l’école. Il a donné une longueur d’avance aux élèves en difficulté d’apprentissage. La responsabilisation que cette technologie fait naître chez les enfants est stupéfiante. S’il est vrai que l’avenir de la musique et de la technologie décourage beaucoup d’entre nous, il est libérateur pour ces jeunes. Grâce à la technologie, à Parkdale et à la Regent Park School of Music, ils ont déjà établi un lien avec des musiciens comme Pharrel Williams et Roger Waters.

Nous avons de grands espoirs pour ce programme, alors qu’il s’apprête à cibler plus d’enfants, à laisser une trace plus importante et à jouer un rôle de leadership dans d’autres collectivités. Nous sommes fiers d’aider cette école à faire ses premiers pas vers la planification et la mise en œuvre d’un avenir durable. D’après ce que nous avons observé, si l’école se qualifie elle-même de deuxième famille, elle se soucie de ses élèves au même titre qu’une véritable famille.